Pages

vendredi 29 novembre 2013

cela se termine 29/11/2013






PROMESSE TENUE!!!

Le  minigolf est non seulement sauvé de  la destruction  mais  à quelques semaines de  la suspension des travaux (le  18  décembre 2013) , les voiries qui le ceinture apparaissent  dans  leur état définitif.
Le revêtement des trottoirs encore en terre  se fera quand  la température extérieure le  permettra; en attendant, un enrobé noir provisoire de faible épaisseur les  recouvrera.
La chaussée et le trottoir  passant devant le Casino ainsi que  la réfection du parking contigu  seront réalisés dans  le cadre du premier trimestre 2014.
Un minimum de bonne foi conduit  à reconnaître que  l'aménagement  urbain du quartier du casino terminé aura de  "la gueule" avec son éclairage  revu de fond en comble, la  plantation de  nombreux arbres  et ses trottoirs élargis.
Contrairement aux propos répandus affirmant  que le sauvetage du minigolf faisait la  part  belle à "la bagnole ", les Quinocéens,  dès  le retour du printemps, constateront à la fin des travaux tout le contraire.
Il ne restera  plus  au prochain maire  et à son conseil  à faire  preuve  de  sévérité pour empêcher le stationnement sauvage et les vitesses encore excessives  d'automobilistes  peu enclins à pratiquer le vivre ensemble.
Pour ceux qui ont encore  quelque chose entre  les  oreilles  et qui écoutent les réactions de la  population autour de la réalisation de  ces travaux  d'aménagement, l'avis que cette  transformation  plaît  fait  son chemin.

JOUNENT Michel.

jeudi 28 novembre 2013

en attendant le bilan 28/11/2013


A quelques mois du renouvellement de  l'équipe  municipale, il n'est pas  extravagant  de  déclarer que  le bilan de cette équipe dite "Autrement" est
GLOBALEMENT NÉGATIF.
Monsieur Blanc tarde à nous  apporter la  preuve du contraire ; pourtant, à moins d'être aveugle, le gaspillage des deniers publics a été  le  point fort de notre premier  magistrat.
A ce  propos, que reste t-il de son adage très spécieux???
"Chaque Euro dépensé sera enfin un Euro utile".
Mais avant de dresser la  liste de  plusieurs de ses  gaspillages, il est bon de rappeler  le  paradoxe  de cette  équipe menée et dirigée par M Blanc; c'est le relationnel calamiteux que  le  maire  a  imposé à ses colistiers.
Parti avec  vingt deux élus le soir du deuxième tour des  élections  municipales 2008, il se retrouve à ce  jour pratiquement seul .
Il aura, au cours de ce mandat,  par le recours à une élection complémentaire,  dressé contre  lui une trentaine d'élus.
Il aura aussi  volontairement  empêché  les élus qui tiennent leur mandat de part la volonté du corps électoral , d’œuvrer  pour l'intérêt général.
Qui  peut croire encore  qu'une  commune  comme  la nôtre, surclassée "balnéaire"  se gère  par une seule  personne, surtout  quand cette  personne  passe son temps  à faire des aller et retour en  TGV vers la capitale.
Altercations, retraits de délégations , refus  de  procéder  à l'élection de  nouveaux adjoints , refus d'appliquer le code général des collectivités  territoriales, procès contre des  membres du conseil et, pour faire court, le refus  permanent  de respecter la  démocratie municipale.
La solitude du maire enfermé dans ses certitudes et dans son bureau offre le visage  désespérant  de  l'autoritarisme d'un autre temps.
Des réalisations ont été réalisées durant ces six années, la restructuration  du cinéma, la construction du CLJ, l'aménagement urbain du quartier du Casino, la  place Sainte-Anne  et depuis  peu  l'effacement des réseaux d'alimentation aériens.
Pour  les  premiers ... à quel coût??? et pour  les suivants, pourquoi si tard???
On ne le dira  jamais assez... La commune, avec sa tirelire nommée Casino, est riche et cela permet beaucoup de gaspillage sans  pour autant procéder  à la hausse des  impôts  communaux. 
Une liste  non exhaustive des  travaux réalisés  et des autorisations données au maire par le conseil municipal est selon moi  complètement révélatrice des gaspillages financiers  commis  par  notre  maire , seul et unique capitaine  de cette  municipalité à la dérive.
·       l'arrêt des travaux de  l'aire de carénage : arrêt insensé  sans que les entreprises aient été  préalablement  consultées, sans que les élus en charge de cette affaire soient en  possession d'une quelconque délégation et surtout, pendant que  le maire prenait, au soir de son élection, 15 jours de vacances à une adresse  injoignable: résultat une dépense  supplémentaire oscillant entre 200 000 et  400 000 €.
·       Le cinéma: après avoir snobé le fait que  le cinéma- théâtre était un monument classé, une  première étude a été rejetée, la conséquence en a été  l'imposition par  l'administration  des  monuments  classés  de construire  le nouveau cinéma avec la contrainte de remettre  éventuellement l'ancienne salle  en état: dépense  supplémentaire de 200 000 €, l'estimation première de cette restructuration  était estimée à 750 000 € , la  magnifique salle a été  inaugurée avec  beaucoup de retard  et dans des conditions qui restent à éclaircir avec  une dépense tournant autour de  1 500 000 €.
·       La gestion de cette salle a connu bien des aléas; régie  municipale dans  un premier temps suivie  d'une gestion donnée à une société  privée  dirigée  par  l'ancien employé communal , puis fermeture de  la salle suite à une  procédure avortée  de désignation d'un DSP; la  procédure était viciée selon le TA de Rennes; ensuite, nouvelle embauche d'un employé communal pour diriger la salle, la délégation de service  public ayant enfin abouti;  le cinéma est actuellement  sous l'autorité de  la société "Cinéode" pour le bien de  tous les spectateurs; combien a coûté à la commune l'arrêt de six semaines voulu par calcul par M le maire???
·       L'aménagement urbain du quartier du casino est en fin de réalisation, il devait durer  huit mois; le maire  a  mystifié son conseil municipal, en réponse aux 760 signatures et à une   forte manifestation, il a  laissé entendre qu'il engageait  une enquête  publique suivie d'une étude complémentaire en espérant faire taire les grincheux  et satisfaire son ego de grand architecte; l'enquête  n'en était pas  une mais  juste  une consultation à minima  et les travaux  prévus sur huit mois se seront étalés  sur deux ans avec  beaucoup de gêne pour les riverains.
·       la construction pour 375 000 € du CLJ , belle construction  pour  une utilisation estivale de deux mois  et pour le reste de  l'année un lieu de rendez vous pour une dizaine de jeunes le samedi après midi , hors des vacances scolaires , pour   3 à 4 heures. 
·       Je  ne tairai pas enfin le gâchis  de  100 000 € qu'aura été l'achat des  murs  d'une boutique  à l'abandon depuis 21 mois et l'absence  par le vendeur du paiement des  loyers dus.
·       je  terminerai en remuant un peu le couteau dans  la  plaie en disant l'absurde de  la démarche du maire qui  s'est attaqué à l'amicale des sapeurs  pompiers  en faisant jeter  6 300 calendriers  au pilon ,ils n'étaient pas soi-disant  à son goût.
M Blanc, demain  restera pour  beaucoup de Quinocéens  "l'Etranger" de sa  propre commune.
Demain, le temps de ses  loisirs retrouvés M le Blanc pourra  méditer  sur  l'impertinence  de son propos visant  l'ancien maire  G Lambotte  quand  il qualifiait l'activité de ce dernier  "de gestionnaire  à la  petite semaine" et cela  ne saura qu'être  justice devant les piètres résultats obtenus par notre  premier  magistrat voyageur. 
Il ne faut pas jouer "les seigneurs " M Blanc quand on en n'a  pas  le soutien de ses colistiers et de ses concitoyens .

JOUNENT Michel.

mardi 26 novembre 2013

le justicier non masqué 26/11/2013

FORTISSIMO!!!






Tel est le  propos définitif que  porte l'homme de radio Pierre Bellemare lors  de  l'émission "Les  pieds dans le plat " de Cyril Hanouna  d'Europe1 sur  les frasques  de M Blanc à la tête de  sa  municipalité.
Pendant cette émission avec l'animatrice Valérie Bénaïm, les auditeurs de toute  la France ont pu entendre  la cruauté  avec laquelle  les animateurs de cette station de radio ont traité notre  maire .
"Ces  pieds dans  le  plat"  se sont faits pendant l'assemblée annuelle de  l'Association des Maires de France.
Derrière  notre  maire,  présent  à cette assemblée , bien de ses collègues  ont du rire sous cape.
Le  13 octobre 2013, M Blanc écrivait sans détour sur son blog: "J'ai bien conscience que  les  Quinocéens ont beaucoup souffert, comme  moi , de  la  mauvaise image donnée à notre ville pendant de  longs  mois".
Mais il faut croire que ces  mêmes Quinocéens  n'avaient pas assez souffert; aujourd'hui ils sont dans  la douleur après  la nouvelle saillie  de  notre  édile.
S'en prendre  aux sapeurs  pompiers , s'en  prendre  à son collègue de Binic, raconter des balivernes sur les  prochaines élections a plongé une  bonne  partie de  la  population Quinocéenne dans  la consternation.
Constater  que  le maire n 'a  plus aucun soutien au sein de son conseil, qu'il est brocardé de tout côté sonne le glas de cette mandature.
Dans cette affaire des calendriers envoyés au rebut, il est le seul responsable de  son  infortune .
Il  peut encore tomber plus bas dans  le ridicule et pour cela  M Blanc  ne  manque pas de ressource comme par exemple oser se  présenter  pour un second mandat .

Pour entendre Pierre Bellemare saccager la réputation de M Blanc , il suffit  pour  un internaute  d'aller sur  le site d'Europe1, d'aller ensuite sur  le  podcast du 21 Novembre  2013 "les  pieds dans  le  plat " de Cyril Hanouna recevant l'actrice Michèle Laroque et de se  positionner sur la 7'34 minutes  de  l'émission pour connaître toutes  les horreurs dites par ces furieux de  la dérision.
Cela dure  1'32 minutes.


JOUNENT Michel .

NB: cette affaire des calendriers  a  occupé la presse  nationale , la  presse  régionale, la  presse locale et les radios, France bleue Armorique et Europe 1.
Il est très fort notre maire  pour faire  parler de  lui.

dimanche 24 novembre 2013

la métamorphose des cloportes 24/11/2013

Avec sa "sérénitude" coutumière Madame Quéré annonce sa rupture politique avec  M Blanc, d'abord dans  la  presse en annonçant qu'elle  n 'a pas besoin d'un Gourou pour  mener sa  liste, lui en  l'occurrence et maintenant sur son site électoral, elle proclame  que  le maire "est unanimement condamné" et "qu'elle travaille avec son équipe depuis  des  mois ...bien loin de  la démarche égarée du maire".
Pendant soixante huit mois , rien n'a séparé les deux élus, M Blanc et Mme Quéré, sur  la  politique  municipale suivie et  maintenant que M Blanc est à terre , lâché par tout  le conseil, c'est:
 LE "COUP DE PIED DE L'ANE"*
 * la définition de cette  locution  nominale est la suivante  selon le dictionnaire de  l'académie française , huitième édition (1932-1935):
Insulte qu' adresse un homme  ou une femme à celui dont il ou elle n'a plus à redouter le  pouvoir  ou la force. 
Il ne suffit pas  de quitter  le navire Mme Quéré à un  moment où il fait eau de toute  part pour retrouver  une quelconque indépendance vis  à vis  de celui  qui  fit de vous son affidée pendant les 9/10ème de la  mandature "Autrement".
Mme Quéré se  présente aux prochaines élections  municipales, autoproclamée de toutes  les vertus , elle  oublie  un peu rapidement  qu'elle est au centre  de  l'implosion  de  l'équipe  municipale  et cela  dès  le début  de  la  mandature  dirigée  par M Blanc . 
En effet, en recrutant un attaché au cabinet  du maire comme  responsable de la communication  municipale (cadre A), avec  une rémunération aussi élevée que  le Directeur  général de services , elle a créé le désordre et la rancune  au sein du conseil et  surtout parmi le  personnel qui faisait précédemment  la communication municipale.... l' incompréhension.
Cet emploi ne s'est pas réalisé dans  le cadre  légal d'une embauche , mais sur  la base du "pistonnage" d'une connaissance travaillant comme elle  à la Communauté de Commune de  Lanvollon .
Pendant cinq ans  avec l'appui  de ce cadre A en  communication municipale, Mme Quéré  s'est targuée de belles réussites, photos à l'appui et cela a donné:
Isabelle avec le très vert Erick Orsenna.
Isabelle avec Arthus Bertrand, l'écolo-bobo-roi de l'hélico.
Isabelle avec Bruno Lecoeur , ex directeur du cinéma.
Isabelle avec Villeneuve préparant en jeep le  prochain conflit planétaire.
Isabelle en femme grenouille explorant les abysses du port d'Armor.
Isabelle avec  une chanteuse canadienne, etc...
Le  programme de cette candidate aux  prochaines  municipales est basé jusqu'à maintenant sur  un roman-photo, sur  l'apparence  et sur de la fanfaronnade.
J'attends avec délectation son  programme  écrit,  et cela  va faire  de la  peine à M  Blanc; je  l'entends encore vanter les candidats  de  la  liste "les Quinocéens avec  leur maire" à l'élection complémentaire de septembre  2012 et je me rappelle aussi  son visage embué quand elle a  entendu les résultats.
Et grand moment d'émotion,  je  l'entends s'époumoner  au cours du conseil  municipal du  31 octobre 2012,  en annonçant  sa démission du poste d'ajointe au maire  et se féliciter  d'avoir travailler!!! sous  la  direction de maire en l'appelant "mon cher Dominique".
L'opinion publique ne tombera pas ,  je  le souhaite,  dans  le panneau; cette  liste  composée  de  personnes aux  idées changeantes, contradictoires  et pas très  respectueuses  de  leurs amitiés passées.
L'un voulait sauver  le  minigolf de  la destruction , Mme Quéré voulait le détruire, trois candidates voulaient en se  portant sur  la  liste du maire sauver  la  mandature de M Blanc,  aujourd'hui elles ne savent même plus qu'il a existé mais  le  pompon  de tous ces reniements revient à l'amnésique  Mme Girardet.
Elle  mérite au minimum la  médaille en chocolat  de  l'ingratitude.
Après sa bourde à l'encontre des sapeurs-pompiers, M Blanc est complètement  seul, il n'a plus aucun soutien au sein du conseil, personne   pour  évoquer avec  lui son bilan, une telle situation, c'est du jamais vu à Saint Quay.... et dans  les  parages.

JOUNENT Michel.

* emploi d'un non titulaire : délibération N°08-76 suivi de  la délibération N° 08-91 approvisionnant ce  poste  en dépense de  fonctionnement  de  27 000 €  pour  les  6 mois de 2008 .( DM N°3-2008) .
    

vendredi 22 novembre 2013

vive le vent 22/11/2013

Un peu avant l'heure...         
un conte de Noël.







La mer se soulève dans la baie de saint Brieuc. La nature menace et prouve sa puissance. C’est le mois de novembre. Comme tous les ans, saint Quay a fermé le 15 septembre. Tout s’engourdit. Que fait l’homme pour tromper son ennui ? Comme  le disait Coluche, l’homme autorisé s’autorise. Il s’autorise à faire disparaître 6 000 calendriers des pompiers, en plein XXIe siècle ! On voit par là combien l’homme va aux vrais problèmes. Il faut tout incendier. Ubu-roi ne pensait pas à autre chose. 
L’homme ne se contient plus, c’est "Fahreinheit 451"*.                                     
Que se passe-t-il dans l’esprit d’un homme qui fait détruire 6 000 calendriers des pompiers ? Je n’en sais rien ; le problème me dépasse. On reste confondu. C’est ici que l’énigme commence.  Il n’est rien de plus étrange que l’homme. C’est métaphysique.                                                                    
Le calendrier des pompiers, c’est le vrai sérieux de la vie. Que serait l’homme sans le calendrier des pompiers ? Il exalte les vertus viriles sur papier glacé. Il annonce Noël et les rois mages, la nouvelle année. Il satisfait ce besoin inné d’éphémérides qui courbait autour de la lampe, dans la chaumière enfumée d’autrefois, les têtes hirsutes du laboureur et de ses enfants. C’est dans le calendrier des pompiers que se gagnent aujourd’hui les élections.                                                 
Les civilisations passent, le calendrier survit. L’homme aime fonder sa joie sur des choses éternelles. S’en prendre au calendrier des pompiers c’est s’exposer à la vengeance du ciel. C’est une chose qu’il ne faut pas toucher. L’homme qui a un nom d’abonné au gaz se prend pour le maire et peut-être pire encore. Au temps des romains on l’aurait fait empereur. Ne  l’appelez pas, il ne répond jamais, il n’est jamais là.                                                                                                                                    
On découvre avec stupéfaction que l’homme voulait que son portrait figure dans ce calendrier, en médaillon, comme une tranche de foie gras, même au prix d’habiles trucages. L’homme n’est réellement beau que si la photo est truquée. Il voulait habiter le monde glorieux des soldats du feu. Il voulait monter à la grande échelle et sauter d’en haut comme une grosse grenouille blanche. Il voulait être célèbre avant d’être connu. 
« Je ne critique pas le côté farce mais pour le fair-play , il y aurait quand même un peu à redire »
Michel Audiard.                                                                                                                                                                                                         
Mais l’homme  est malheureux .Il s’est couvert de ridicule. C’est une âme sentimentale, dans les plus pieuses dispositions. Il allait bientôt passer saint. Il souffre, Il ne sait plus où se fourrer. D’ un mot tout cela tourne bien mal pour lui.   Pris de remords, il s’engage à ne plus sortir sans  un casque de pompier sur la tête ; quoi de plus beau qu’un casque brillant sur un homme distingué. Il empêche le rhume de cerveau. Les Quinocéens le reconnaîtront tout de suite. Son fils comme il se doit recevra à Noël une voiture rouge de pompier avec une panoplie de martien. C’est un jouet instructif. Son fils poussera des cris de joie.                                                                                                            
Il y a une morale à cette histoire terrible. Plus le singe monte haut sur l’échelle des pompiers, dit un proverbe hindou, et plus il montre son derrière ;  le derrière de singe est un affreux spectacle. Que le ciel vous tienne en joie !!!

ROCFORT  Michel.

Toute ressemblance avec la réalité ne sera que fortuite et  pur hasard
* de  l'auteur américain  Ray Bradbury.
Commentaire de Michel JOUNENT:
A l'adresse des  incultes!!!
Michel Rocfort a repris dans son  conte l'utilisation d'un animal pour expliciter son propos.
Avant lui  des écrivains de renommée universelle   ont exploité  le filon   animalier .
L'inspirateur  de  Jean de  La Fontaine, Esope  le  phrygien  s'est servi   des animaux  pour  instruire les hommes.
La Fontaine a dépeint moult animaux pour renseigner  le genre humain sur ses travers.
Il a  principalement utilisé le loup, le renard, le chien, le lion, l'âne, le rat, le singe et le chat.
Il est consternant  de  lire  des commentaires qui  mélangent la reprise  de la  métaphore animalière  de  mon ami Rocfort  avec  les  ignominies racistes  que des délinquants factieux  portent à l'adresse de la Ministre de la Justice.
Ils feraient  bien de relire  les Essais de Michel Eyquem de Montaigne qui lui aussi en toute  modestie rapportait "Plus haut monte  le singe, plus  il monte son cul".
C'était au XVI siècle et  depuis on retrouve toujours le mêmes ici et ailleurs dont  le seul ressort est la  médiocrité et l'absence d' un tout petit  peu de connaissances  littéraires.

jeudi 21 novembre 2013

le changement, c'est demain 21/11/2013

COMMENT ÇA MARCHE???

Le fonctionnement du conseil municipal de Saint-Quay- Portrieux ne fonctionne pas vraiment;  mieux,  il ne fonctionne  pas du tout.
Le maire en autocrate dispose d'énormes moyens et cela  malgré une  mise en  minorité permanente, enfin  presque.
Il forme un binôme avec son sixième directeur général des services pour diriger  la commune.
Le  premier est trop souvent absent de la ville , le second, lui, est en  mairie pour exécuter  les  ordres et contre-ordres du premier.
En 2013 avec internet, le fax et le téléphone, on peut affirmer  que  la fonction de  maire  à Saint Quay est dématérialisée, on est un peu comme  dans la transmission des délibérations au service préfectoral de  la légalité.
L'humain a disparu dans notre commune; rencontrer  le  maire est une gageure à moins d'être l'un de ses futurs colistiers  ou d'être de ceux qui retournent leur veste au moindre coup de vent.
L'administration  de  notre collectivité a réussi, malgré un nombre accru d'obstacles en tout genre et en  l'absence d'élus en responsabilité, à faire tourner "la boutique " et  il faudra  bien un jour le reconnaître, tout le  personnel communal a servi au mieux  la  population Quinocéenne.
Le  maire dans son coin  décide à lui seul de  l'ordre du  jour du conseil municipal, il préside toutes  les commissions et le travail en leur sein est réduit au  minimum.
Il a déclaré à de multiples reprises  qu'il n'avait confiance en personne à l'exception  des cinq élus qui forment par fidélité  son dernier carré.
Mme Quéré en est  l'archétype dans cet aveuglement.
On pourrait facilement  retourner cet axiome  et M Blanc  n'est pas Galilée, à Saint Quay,  ce sont dix sept élus  qui,  bon an  mal an, n'ont plus  confiance dans cet édile dont la  principale activité est de jouer  "l'arlésienne".
Une fois  le travail de  l'administration fait  sur  un  projet (études, consultations en tout genre , passation des  marchés) le projet  est soumis au conseil , bien souvent dans  notre commune dans  une confusion sans nom, le maire une fois  la délibération votée, reste  maître de la suite. 
C'est lui qui notifie à sa guise la date de  début des travaux.
Tous  les Quinocéens constatent depuis quelques temps que les travaux se succèdent en ville; ce qui est critiquable, ce  n'est pas de terminer  le mandat sous  une avalanche  de travaux mais c'est d'être resté trop longtemps sans  ne rien faire.
Pour embellir la ville, tout le  monde est d'accord; il faut effacer  le réseau aérien de distribution d' électricité  et d'accès au téléphone.
Pendant six ans, hormis  la rue du maire, pas grand chose  n'a été réalisé.
Il faut revoir l'éclairage  public et sa synchronisation, pendant six ans  cela a été  négligé sauf  bien sûr du côté de  la rue du maire.
Le réseau communal d'évacuation des eaux usées et pluviales  souffre  d'un retard  important dans sa  mise aux normes, rien  n'a  été fait du côté du quartier du Portrieux, tout le  monde  n' a pas  la chance d'habiter la rue du maire.
Le  plus triste  est de savoir que  notre commune  ne  manque  pas de fonds  propres et qu'avec  une gestion  communale normale,  bien des  progrès  pour rendre  notre station  balnéaire plus avenante  auraient pu être réalisés.
En mars 2014, le chantier de  l'aménagement urbain du quartier du casino  se terminera, le dessus de  la plage  du Châtelet sera réhabilité et au train  où vont les choses ils ne seront pas inaugurés par M Blanc .
sur la  place Delpierre, les  travaux  de réhabilitation de  la  plage du Châtelet  commencent 
...On raconte par ailleurs que  M Blanc cherche à se reconvertir dans  la vente  à la sauvette  de  calendriers pour se  faire pardonner de sa bourde  à l'encontre des sapeurs-pompiers du Sudgoélo...

JOUNENT Michel.    

mercredi 20 novembre 2013

l'arroseur arrosé 20/11/2013


LE POMPIER PYROMANE!!!
Sur  l'affaire des 6 500 calendriers  jetés au rebut, M Blanc ne cesse de changer de position , il dit tout et son contraire.
Le déroulement de cette affaire est en quelque sorte  la quintessence, le reflet  en raccourci  de toute son activité au sommet  de la  municipalité de Saint Quay.
"J'allume  le feu, je  me sers du  service de communication de  la  mairie pour véhiculer  les actions  de  ma haute  personne , je  m'occupe sans raison des affaires de  la ville voisine, j'invente  des relations aimables  avec les sapeurs  pompiers du Sudgoélo et  pris  la  main dans  le  pot de confiture, je  crie et j'écris sur mon blog et sur  la tribune  libre de  "La  presse d'Armor " qu'il est  malhonnête, moi maire  de Saint-Quay, de  m'incriminer  la destruction de  6 500 calendriers imprimés en couleurs."  
On a tous compris le maire voulait pour cette année des calendriers  imprimés en noir et Blanc.
Les dégâts d'estime  à son égard sont considérables, conduire l'amicale des pompiers  à débourser  4 000 € supplémentaire pour rassurer  M Blanc qu'un éventuel recours  n'aura  pas  lieu à Binic pour annuler les élections  municipales 2014, tient  de  la sottise .
Si je crois encore  à une candidature  de M Blanc aux  municipales 2014 , après ce coup de  Jarnac à l'encontre des sapeurs  pompiers et de ses collègues de la Communauté de Communes, je suis  de  plus  en  plus convaincu  qu'il va  prendre "une veste" à ces élections municipales.
Il avait déjà reçu un coup de semonce en septembre 2012, mais  le  personnage est enfermé dans ses certitudes et ses trop nombreuses absences hors de  la ville troublent son  intelligence  à voir la réalité Quinocéenne et la  mauvaise humeur maintenant réelle des Quinocéens à son endroit .
Ce ne sont pas  les blogueurs locaux, ni la  presse  locale et régionale  qui sont les artisans de  la gestion chaotique de  la commune, c'est  l'inverse, c'est parce que  M Blanc cultive  le conflit  et le  mépris des membres du conseil en permanence que ces  médias s'emparent  de tout  les aspects de cette déplorable   gestion municipale.
Je  le dirai cependant  jamais assez , c'est  grâce au maire et  il faut  le reconnaître que  la vente de  la  presse  connaît   un tel essor  dans  notre ville  et l'étendu du territoire.
On est devenu la risée de tous, c'était bien  la  peine de décrire  que  sous  la  mandature précédente la Cde C était devenue "Interville", aujourd'hui il suffit de  lire Ouest -France du 20/11/2013 sur le bilan de  la  mandature Blanc:
c'est à la fois  "le bateau ivre, le radeau de  la Méduse  et le Titanic".
Ou s'arrêteront les excentricités du maire  à vouloir tout régenter contre l'avis de  son conseil.
Il a  pratiquement  plus de délégations et  pourtant il s'occupe des affaires de  la ville voisine, de  la C de C, il fréquente  l'assemblée des maires des Côtes d'Armor et  il reste sur  Paris  pour  l'assemblée  des  maires de France. Pourquoi??? alors qu'il n' a jamais été si près de  voir  la fin de  sa carrière de  premier  magistrat.
Cette affaire  des calendriers, c'est la faute de  trop, c'est une faute lourde, on  ne s'attaque  pas, en la  frappant à la caisse, cette institution composée de  bénévoles au service de  la  population et cela  pour  un  problème d'ego surdimensionné.
Être  maire , c'est se  mettre au service de ses concitoyens , il a reçu un courrier l'invitant à participer à la  photo de groupe  afin de booster les ventes des calendriers des pompiers et surtout une  photo montrant les bons rapports des élus* avec  leur service de secours , il y avait évidemment aucune  malice des  promoteurs  de ce calendrier 2014.
Le maire s'invente une réunion de famille hors de Saint Quay pour justifier son absence , c'est petit et cela transpire l'improvisation.

*c'était aussi l'occasion de  mettre  en valeur les élus qui ont permis la construction (en cours ) de  la nouvelle caserne à Saint Quay Portrieux.

JOUNENT Michel .

News: le calendrier  retiré de  la vente  suite  à la demande de M le maire de SQP est devenu "collector", on peut s'en procurer sur le site "leboncoin.fr"  rubrique: toutes catégories

mardi 19 novembre 2013

verum et nihili nisi verum 19/11/2013

LA COUR D'APPEL DE RENNES
renvoie pour la troisième fois, 
à une date indéterminée , l'audience  pour juger sur le fond l'affaire qui  m'oppose au maire.
Il me reproche, pour  mémoire, d'avoir publié sur  mon  blog " Le  blog de  Michel" un article signé de  l'adjoint au maire , Michel Rocfort, démontrant que la gestion de  la commune tourne au scandale.
Le rôle des affaires à examiner est surchargé au tribunal de Rennes , les prévenus incarcérés  passent en premier, les affaires  importantes en second  et la  mienne est considérée,  semble t'il comme  mineure, elle  pourra donc attendre.
Je réaffirme qu'à ce jour je suis condamné à rien, les communiqués envoyés par le  maire à la  presse régionale et locale réitérant ma condamnation sont mensongers et infondés.
Au train  où va  la  justice, cette affaire de diffamation et de troubles à l'ordre  public risque d'être  jugée après les  élections municipales de  2014.
Il est fort, M Blanc, pour conter des  histoires à dormir  debout, l'histoire des calendriers 2014 des sapeurs pompiers en est une de ses dernières  , mais  j'en suis  persuadé,  compte tenu des  preuves rassemblées  pour alléguer  de  la justesse de l'article publié ( le  6 octobre 2012 ), il n'est pas  près de jouer avec  moi au marchand de sable.

JOUNENT Michel                                                             
   

lundi 18 novembre 2013

une photo non truquée 18/11/2013






DANS QUELQUES JOURS,
il n'est pas  impensable  de trouver dans  la  presse régionale et dans  "la Presse d'Armor" une  photo montrant à son avantage M Blanc  inaugurant seul, la réfection de  la place Sainte-Anne .
photo non truquée et sans  truquage.
A quelques  mois des élections  municipales, les journalistes et les correspondants  locaux rivalisent pour encenser M Blanc.
Il est à la fois Hercules réalisant les travaux qui couvrent aujourd'hui la ville, le baron Haussmann  construisant le nouvel urbanisme de  la commune, un penseur qui intervient à la tribune de  l'assemblée des  maires des Côtes d'Armor pour parler "Finances internationales " et  qui indique  sur son blog que "Gouverner c'est prévoir".
Qui aujourd'hui peut encore croire  que  le maire sortant ne postulera pas  un second mandat ???.
La  partie s'annonce difficile  avec le nouveau système électoral des  listes bloquées mais  il y aura  grâce au nombre de  listes annoncées, un possible  et secourable second tour.
La  possibilité de fusionner deux  listes  offre  bien des  perspectives et comment ne  pas envisager cette  possibilité entre  la  liste de Mme Quéré et celle de M Blanc.
Cette  adjointe a eu envers  le maire une constante position pendant ces 68 mois de  mandature "Autrement", celle d'être toujours en accord avec lui , au cours des 56 conseils  municipaux  elle  toujours eu le petit doigt sur  "la couture de  la jupe"* et elle a  montré  avec les conseillers  Tanon, Girardet, Oliver, Le Chevoir une indéfectible  "loyauté" à son égard.
Les  ponts ne sont pas rompus avec  lui et quand  elle développera son programme au delà de  la ribambelle de  photos qui la  montre à son avantage, on constatera qu'elle se réclamera à son tour  des réalisations du maire , celles que  ce dernier  tient en réserve pour établir son bilan ...
D'accord sur tout , ils continueront à l'être  pour  essayer  de garder  la direction  municipale et les secrets   de toute les embrouilles  de la  mandature 2008/14.
Donc bientôt une bonne  et belle   photo, pour marquer  la fin des travaux d'embellissement de  la  place Sainte-Anne, ce quartier du Portrieux a bien été délaissé pendant cette  mandature .
Le dernier gros  investissement  concernant cette  partie ancienne de  la commune s'est appliqué à la rénovation de  la chapelle sous  la précédente  municipalité, il devait être suivi  de  la rénovation du baldaquin surplombant  l'autel et du sauvetage des  statues en bois malades de la  présence de champignons.
Dès qu'il s' est agi  de continuer  les travaux entrepris  par le maire Lambotte, le  maire M Blanc a  fait comme  un rejet.
Continuer NON !!! Démolir OUI !!!
AH... j'oubliais en octobre 2010 le maire a obtenu de son conseil l'achat pour  100 000 € des murs du fonds de commerce de la  maison de  la  presse du quai de  la République pour qu'elle  maintienne son activité, avant même qu'il reçoive ces  100 000 € le commerçant a cessé son activité ; la boutique est close  depuis février 2012, les 100 000 €  pourrissent dans ce  local abandonné et de  plus  la contrepartie de cet achat par  la ville devait  se traduire  par le  paiement de  loyers.(6 500 € HT annuel  )
Il n'en est rien à ce jour.
100 000 € , c'est ce que représente le coût de  la refonte de  la  place, l'argent était disponible  dans  les caisses de  la commune .
D'un coté on s'occupe à tord de sauver un commerce, à tord puisque la vente de  la  presse continue  300 mètres  plus  loin  et de  l'autre  ce qui, était attendu depuis  un bon moment par la  population  du Portrieux aura mis près de six années à voir le  jour.
Cherchez  l'erreur et dire que  M Blanc claironne que "gouverner c'est prévoir".

JOUNENT Mchel.

*Hormis  une fois , il se dit  que Mme  Quéré "Femme de fermeté" a regimbé à l'annonce du couvre feu instauré  à l'égard des jeunes durant la saison estivale par M Blanc, mais  tout de suite en bon petit soldat elle est rentrée dans  le rang...
Ambition et  conviction  ne font jamais  bon  ménage , cela continue, surtout à Saint Quay Portrieux, à se vérifier  .

Commentaire d'Henri Bernard:
Concernant la maison de la presse du quai de la République, vous dites que la mairie a acheté le fonds de commerce. Ne s'agit-il pas plutôt des murs, dans la
mesure où vous parlez ensuite d'un loyer à percevoir ?
S'il s'agit bien des murs, savez-vous pourquoi la   mairie n'a pas proposé de les revendre ?
Ma réponse :Il fallait effectivement lire les  murs du fonds de commerce et quant à la revente  des  murs seul le maire  peut répondre, le conseil est hors circuit  dans cette situation!!!

dimanche 17 novembre 2013

pour faire vivre la vérité 17/11/2013


LE BLOG DE MICHEL,
un blog au service des  gens respectables.
L'attaque, insensée, menée par le  maire de Saint Quay contre  l'amicale des sapeurs-pompiers du Sudgoélo et relayée malheureusement  par le  journal"Le télégramme " suscite un très grand  nombre de réactions .
Sur  l'article même du journal "Le télégramme" et sur  mon  blog, elles sont toutes hostiles à M Blanc.
J'ai reçu un message extrêmement aimable  concernant le travail d'information que  j'ai réalisé sur cette consternante affaire, je  le  publie bien volontiers avec une  photo du calendrier 2014 montrant l'auteur de ce compliment .
JOUNENT Michel
Monsieur Jounent
BRAVO ! ! ! Avec un grand " B " pour vos propos suite aux réactions de Monsieur BLANC la vérité rien que la vérité !
 EN DEUX MOTS TROIS LIGNES :
 Je suis l'ancien president des sapeurs pompiers du SUD GOELO (sur la page de mars du calendrier 2014) et malheureusement la photo ne sera pas présente elle non plus, sur le prochain calendrier parce ce que moi aussi, je suis peut être un éventuel candidat !
J'ai exercé pendant 21 ans l'activité de sapeur pompier volontaire et 18 ans celle de président de l'amicale, le jour de notre Sainte Barbe 2013 Monsieur Blanc avait encore une fois brillé par son absence, et une fois de plus tous les maires étaient présents. A aucun moment Monsieur le Maire de SAINT QUAY m'a envoyé un courrier afin de me remercier de mon engagement, sait-il qu'il y  a des sapeurs pompiers sur sa commune, puisque il n'y a jamais franchis les portes des centres encore moins le jour de l'inauguration du centre de Binic ! ! !Merci encore de votre réactivité concernant mes anciens collègues.
Bien amicalement,Laurent.
Commentaire d'un sapeur en exercice et tenu au droit de réserve:
je suis sapeur pompier à St Quay depuis 15 ans. Je viens de lire sur votre blog ,le commentaire de notre ancien président d'amicale. Merci à lui et à vous d'avoir relayé ce message. L'attitude de Mr Blanc est tout simplement honteuse. Jamais ce Monsieur n' a daigné se déplacer lors des différentes cérémonies nous concernant et ce pendant tout son mandat. Quel dégoût de lire l'article sur le télégramme. Grâce lui les élections pourront se déroulées sans problèmes puisque le calendrier de propagande a été retiré. Ils nous fait passé pour des imbéciles, se moque de nous et en plus s'en vante. Nous n'avons pas attendu son appel à notre colonel pour stopper la distribution des calendriers, nous l'avons décidé de nous même pour éviter toute polémique en attendant de savoir si nous risquions de vrais problèmes. Je me sens particulièrement concerné en tant que pompier mais aussi par le fait que depuis 5 ans, c'est moi qui réalise les photos pour les pompiers du Sud Goëlo. Je suis consterné de lire qu'il pensait que le photographe allait se déplacer pour lui. Bien sûr, je n'ai que cela à faire. Je suis un simple amateur de photo. Nous n'avons pas les moyens de nous offrir un photographe professionnel Mr Blanc !!!!
Je n'ai pas non plus de logiciel pour truquer les photos !!!!! Mais il ne risque pas de le savoir puisqu'il ne vient jamais !!! 
J'ai tardé à vous envoyer ce message; toujours en service,  je suis tenu à une "certaine réserve", mais c'est tellement honteux ce qu'il fait que je ne peux rester sans rien dire !!!!
Il n'a jamais daigné poussé la porte de notre caserne, il n'a aucun respect pour nous.
Merci pour ce que l'on peut lire sur votre blog Mr Jounent, qu'il serait bon de faire un copier collé de votre commentaire suite à l'article du Télégramme, pour notre droit de réponse sur ce journal !!!!

samedi 16 novembre 2013

miserere 16/11/2013

PLUS LE MENSONGE EST GROS ...
ET MIEUX IL PASSE!!!






Le journaliste du "Télégramme de  Brest" est bien aimable , ce matin  envers  M Blanc, il a  pris les  propos du maire  pour argent comptant.
Un peu de déontologie de sa part aurait dû le conduire à vérifier les assertions du maire , ce n'est quand  même pas  difficile  pour  un professionnel de  l'info.
·       rapporter "qu'aucun élu ne  figurait sur le calendrier  de  l'année précédente" est FAUX, la  photo de la  couverture  du calendrier 2013 atteste du contraire , les élus Raoult et Urvoy y sont visibles et cités.

·       Rapporter que  le  maire  "a acheté!!! le calendrier des soldats  du feu. Mais en le feuilletant , stupeur, aucun cliché  de sa  personne". est FAUX , sur  la  page du calendrier 2014 concernant le  mois de juin, on identifie avec aisance sur la  photo, le  Président du Conseil Général, le Préfet des Côtes d'Armor , M le maire de Saint Quay Portrieux ceint de son écharpe  et  la hiérachie commandant les  sapeurs  pompiers du SDIS 22. 

·       Rapporter  que  M Blanc après avoir  prévenu de son absence le jour des  photos et qu'il"avait alors  imaginé une alternative"  celle de voir le photographe revenir " le lendemain comme  tout bon photographe" pour truquer la  photo  afin de faire  figurer sa personne  aux côtés  des autre maires .... est affligeant comment peut-on se faire  le rapporteur d'un tel  DÉLIRE !!!
Mais en proposant à mes  lecteurs, la  photo du mois de  juin 2014, il me vient, dans  ce qui est devenu aujourd'hui cette  affaire de corne-cul une question, cette  photo est elle  le résultat d'un truquage ???


JOUNENT Michel, lanceur d'alertes, bien content de quitter l'antre des  affaires communales Qinocéennes.