Pages

jeudi 31 octobre 2013

quand le bâtiment va 31/10/2013

LA CONSTRUCTION DE LA COOPÉRATIVE  MARITIME,
d'un magasin d'avitaillement maritime, d'un complexe multimédias, de bureaux à destination maritime et d'un yacht club.
est  de nouveau en route.
L'installation d'un panneau visible de  la voie  publique décrivant le  projet est réalisée.
Le  permis de construire de ce  bâtiment au  3223 m² de  plancher a été  déposé le 11 février 2012, l'arrêté accordant le  permis de  la construction  au nom de  la commune a été signé  par le maire le 31 juillet  2012.
Durant des  mois, suite  à une  pétition  malheureuse d'une dizaine de commerçants du quartier du Portrieux, les travaux n'ont pas commencé.
La société constructrice la SEE Budet,  perplexe devant cette situation,   est restée en stand by espérant des jours meilleurs.
L' attribution au Port d'Armor  de  la base de  maintenance  des éoliennes  marines  est  sans doute  pour quelque chose  dans cette reprise des travaux et l'affichage du calendrier indiquant la  mise à disposition  des différents  modules augure maintenant que cette partie  portuaire abandonnée depuis trop longtemps présentera enfin un visage plus accueillant.
Cette  partie de  la ville gagnée sur  la  mer cessera et ce  n'est pas trop tôt,  d'être le  lieu de stationnement  sauvage des camping-car  et de surcroît  de  plus en  plus sans gênes.
NB :la durée de validité de ce  permis  de construire est  de 24 mois à compter de  la date de notification.

JOUNENT Michel

mercredi 30 octobre 2013

le culte de la personnalité 30/10/2013

MORT DE RIRE!!!

L'annonce de  la candidature de Mme Quéré au poste de  maire n'est  vraiment pas une  grande surprise.
Depuis son renoncement au   poste d'adjointe  à la culture !!! il y a  un an , l'affaire était dans  les tuyaux.
Cette  inconditionnelle du maire sortant participe, personne  n'est dupe, pour  mars 2014, à la  mise en  place d'une "primaire".
C'est à la  mode  "les  primaires"  pour départager  les ambitieux de tout poil partageant les mêmes options, en  l'occurrence municipales.
Après  l'élection  complémentaire de septembre  2012 , M Blanc, qui est loin d'être  un sot,  a compris qu'un  second  mandat était  loin d'être dans  la  poche!!!
D'où l'idée de ratisser large  en mettant en place  une pseudo équipe concurrente.
Au soir du premier tour, l'équipe  menée  par Mme Quéré  et  l'équipe à venir  de M Blanc  sauront se retrouver pour fusionner pour le  second tour sur la base  du rapport de force.
Qui sera  alors  la tête de  liste??? M Blanc et Mme Quéré s'en remettront   au corps électoral, cela  permettra à l'un des deux  une sortie honorable.
Dans cette affaire, il y a un partage des rôles, une équipe qui part "au feu", celle de  Mme Quéré et une équipe, celle de  M Blanc  qui, en se déclarant  au dernier  moment, tirera tous  les enseignements  de  la confrontation  entre  les 4, 5 ou 6 listes  en course pour l'instant.
Je  ne connais  personne en ville qui, connaissant un peu  M Blanc,  imagine un seul  instant qu'il est aujourd'hui dans  le renoncement à se battre pour  garder  son poste  de  premier  magistrat.
En annonçant le  plus tard  possible sa candidature et sa  liste,  M Blanc se délecte déjà  de toutes  les contradictions existantes entre  les personnes  inscrites  dans  les  listes en formation. 
Il saura, en s'adressant à la  population, montrer  après cette  mandature chaotique que  les Quinocéens  ne sont pas  à  l'abri  d'une situation municipale encore  plus  lamentable que celle qu'ils ont vue et connue entre  2008 et  2014.
Il nous fera, à la veille des  municipales, le coup du "C'est moi ou le chaos" si  vous  ne me  reconduisez pas à la tête de  la  municipalité.
La  liste de Mme Quéré est basée sur  l'amnésie; elle  oublie  que sa première  initiative , l'embauche  d'un cadre  à la communication a été le détonateur de  la dislocation  de  l'équipe de M Blanc.
De son travail dans  les secteurs couvrant la culture, le sport et la jeunesse , elle s'approprie  "place aux artistes, place aux mômes et les  Océaniques"  créés  sous  la  mandature de G Lambotte , ses réalisations sont déjà dans  l'oubli des Quinocéens:
J'en rappellerai cependant par malice quelques unes: "les faisous et les disous, le streetgolf, le roller en ville, la réalisation du grandiose spectacle de son et  lumières sur  la  plage, l'achat  du passage de  l'exposition la Menhir parade avec ses nombreux  catalogues dormant dans  la cave de  la  mairie  et enfin son arme fatale, son happening,  son irrésistible  lancer de chaussettes".
On n'oubliera pas non plus son acte de censure, celui qu'elle a  exercé  contre  les représentations théâtrales "Des Bonnes de Jean Genet".
En organisant une  manifestation contre  la fermeture du cinéma décrétée sans raison  par M Blanc, Mme Quéré n' a pu s'empêcher de montrer sa vraie nature ; celle qui n'est pas d'afficher un sourire permanent mais celle aussi de l'insulte quand elle  traitait ses collègues du conseil de "terroristes". 
Sur le sport, le conseil municipal a constaté son absence  continuelle  dans  le suivi  de l'association fortement subventionnée "SNSQP".
Quant à son emprise sur  le secteur "Jeunesse" BOF!!!
Mme Quéré était chargée de réaliser  la belle  promesse contenue dans  le  programme "Autrement", celle de  mettre en  place le jumelage avec une commune étrangère de  même  importance que la nôtre.
Inutile de chercher  le résultat de ses cinq ans de travail, il est inexistant .
Mais  où on atteint des sommets dans l'hypocrisie , c'est la  présence auprès de Mme Quéré du sieur  Villeneuve ...
Les bras  m'en tombent, la voix me  manque, la colère  m'étreint et le sol se dérobe sous  mes  pieds.
En avril  2010, M Blanc , Mme Quéré, Mme Giradet et M Lechevoir en personne se déplacent  à la gendarmerie  d'Etables  pour porter plainte contre le webmaster du LEQ M Villeneuve pour des  propos irrévérencieux tenus  à leur égard sur le blog du LEQ.
La  plainte jugée puérile a été  classée immédiatement sans suite  par le  Procureur de la République de Saint Brieuc.
Aussitôt, la LEQ est considérée comme  un syndicat hostile  à la  municipalité et elle est privée de toutes aides directes, celles  dues normalement  aux associations  locales.
Mme Quéré et Mme Girardet votent la disparition du minigolf, M Villeneuve s'insurge , se révolte et menace les élus  des conséquences  d'une telle décision.
Il organise  le refus de cette décision, il fait pétitionner  800 personnes et sommet de sa gloire  locale,  il prend la tête d'une  manifestation de  plusieurs centaines de  personnes, des  membres de  l'association indiquent qu'ils s'enchaîneront aux arbres  pour empêcher le travail   mortifère des bûcherons.
Aujourd'hui, M Villeneuve a retourné sa veste,  il critique le conseil municipal qui s'est rallié aux sept nouveaux conseillers élus  pour sauver le  minigolf  et  il invente je ne sais quelle histoire pour affirmer que  les élus sont pour une  place  plus grande faite à la bagnole???
Ou mène l'ambition, ou mène  la jalousie, il est difficile de  faire la  part des choses  tellement ce personnage est inattendu  et soupe au lait.
En attendant et  en voyant les  premiers colistiers de Mme Quéré, il est quasiment acquis que l'on ne va  pas s'ennuyer  à Saint Quay Portrieux .
Son blog de campagne  est, par le nombre de  photos  la représentant, un véritable  hymne à sa  personne; il ne  manquait plus que cela à Saint Quay, un candidat faisant du culte de sa  personnalité  son  programme municipal. 

JOUNENT Michel.

lundi 28 octobre 2013

chambre d'enregistrement 28/10/2013



ÇA SERT A  QUOI le conseil municipal 
à Saint Quay Portrieux???  

Au travers de  ma  petite  expérience  locale, en m'appuyant sur  la connaissance de la récente histoire de  la commune et en écoutant  plusieurs anciens conseillers, j'ai de  plus en  plus la conviction que  notre ville et son conseil dérogent à la règle générale.
Cette règle générale, pour que vive correctement l'assemblée délibérative, est le  partage des responsabilités communales et le respect des engagements  pré-électoraux.
Le conseil à Saint Quay, c'est au mieux une chambre d'enregistrement  et au pire  un  lieu de  pugilat permanent où les  opposants au maire  sur la base de groupes à effectif variable  s'amusent et se ridiculisent au grand dam de  la  population Quinocéenne.
Au cours de ces dernières années, plusieurs réalisations ont fini par voir  le jour; elles se sont faites  dans  la douleur et dans  un gaspillage  conséquent de  l'argent public.
Est-ce normal ou plutôt est-ce  à l'image d'élus irresponsables  qui règlent des comptes avec  leurs  prédécesseurs au conseil municipal???
Je  prendrai trois exemples  qui ont nécessité l'investissement de sommes  importantes  et qui ont conduit les élus  à faire  n'importe quoi.
·   la finition de  l'aire de carénage et sa gestion (projet de  3 300 000 € )
·   la restructuration du cinéma "Arletty" (projet final tournant autour de 1 500 000 €)
·   l'aménagement urbain du quartier du Casino (projet de 1 300 000 €)

Au soir de  l'élection du nouveau maire en  2008, par  une démarche relevant d'un dogmatisme affligeant , M Blanc, par  l'envoi d'un télex, a fait cesser séance tenante les travaux en cours de  l'aire de carénage.
Injoignable...  parce que  parti en vacances, les trois élus encore en charge de ce secteur ont pu mesurer les conséquences  de cet arrêt irréfléchi.
Les entreprises réalisant cette aire ont tout de suite montré  qu'elles ne  se manœuvraient  pas comme  un adjoint à qui on retire ses délégations, elles  ont fait immédiatement entendre  qu'il faudrait  passer  à la caisse et payer des  pénalités.
Même souci avec  la DSP devant gérer  cette  aire de carénage!!!
Par  un travail de recherche de documents authentiques autour de cet arrêt des travaux et du renvoi du délégataire, j'ai réalisé avec G Lambotte un audit qui conduit  à une dépense supplémentaire de 400 000 € .
Je  n'ai pas,  à cette époque, entendu et vu  beaucoup d'élus réfléchir sur cet arrêt; ils  ont fermé les yeux sur  le  choix du maire  et voté comme  un seul homme dès  le retour de ce dernier, la délibération signifiant la reprise des travaux.
Sur le cinéma, le maire avec son adjointe "à la culture" ont  fait de ce dossier une chasse gardée; beaucoup  d'élus ont été écartés, d'autres se sont désintéressés du projet municipal; le résultat, on le connaît: une magnifique salle, une gestion chaotique pendant une année, un arrêt dévastateur  du TA de Rennes et un oubli majeur: cette restructuration aurait du être  proposée et partagée au niveau de son  investissement et de son  fonctionnement avec  la Communauté de Communes du Sudgoélo.
Le dernier exemple que  j'ai retenu: celui de  l'aménagement du quartier du casino est emblématique  sur  les errances du conseil municipal  actuel et des manœuvres du maire .
Le  projet est d'abord passé aux forceps , le  maire s'est dans  un premier temps refusé à entendre les 800  signataires  d'une  pétition et à prendre  en compte une très forte  manifestation.
Au début 2012, des élus autour du maire  ont voté un projet dont l'idée maîtresse était la destruction du minigolf   et de  ses arbres vieux d'une cinquantaine d'années.
Certes, le maire leur a  promis à l'issu du vote  une enquête publique supplémentaire et une étude complémentaire  sur la création d'un autre  minigolf.
Sur l'enquête publique, on a frisé le ridicule; en effet,  sur  les deux aménagements proposés A et B,  chaque consultant y allait de sa rature  pour modifier l'avis du consultant précédant.
Sur l'étude  complémentaire visant à éclairer la  population sur la forme du nouveau minigolf, on attend toujours de voir les  plans.
Personnellement, depuis septembre  2012 , j'ai pu mesurer que parmi  les  élus ayant voté  le  projet du maire,  la  plupart ne savait pas lire un plan ou ne comprenait pas le projet retenu.
Après  l'élection complémentaire demandée par le  maire au Préfet et du  résultat défavorable qu'elle a  produit à l'adresse  de  son instigateur, les nouveaux élus ont mis en  oeuvre  la revendication qu'ils avaient exprimé durant cette élection partielle : le maintien du  minigolf.
En mauvais perdant, le maire  a fait entendre que la conservation du minigolf  allait conduire à payer des  pénalités à l'entreprise ayant commencé les travaux (400 000 € )???
Il n'en est rien; la seule chose constatable  a été le  peu d'empressement du maire à relancer  une étude , l'allongement de  la durée des travaux .
Prévus pour une durée de  8 mois avec un arrêt durant les grandes vacances , ces travaux  se seront étalés sur  près de deux années .
Depuis que  le conseil est au complet, ma remarque de voir  des élus  votant des  projets sans en comprendre  les  plans  persiste.
Et l'idée de s'adresser aux services techniques pour  obtenir des explications  et le sens du  projet est inexistante.
Je  n'ai pas  constaté autour de  l'aménagement de  la  place en face de  la maison de  la  presse de  bousculade d'élus expliquant la réalisation  de cette partie d'aménagement conforme  à la volonté du maire.
Ce  projet d'aménagement urbain du quartier du Casino  est à coup sûr pour cette  mandature la démonstration qu'un projet ne se vote pas seulement en regardant le vote du  maire  mais aussi et surtout par beaucoup de travail personnel pour comprendre  l'objet  sur lequel on se  prononce .
Revendiquer et ambitionner le  poste de conseiller  municipal  est non seulement un honneur mais  l'annonce,  une fois élu, d'un énorme travail en plus de sa vie  personnelle si, bien évidemment, on ne veut pas être "le godillot" d'une chambre communale délibérative.



JOUNENT Michel. 
Commentaire de Bruhat Bernard:           
Je suis globalement d'accord avec vous sur la nécessité de l'implication des conseillers municipaux dans la vie du conseil. Ce qui compte d'abord aux yeux des électeurs citoyens, c'est la loyauté, la confiance et le respect des programmes qui ont reçu leur aval. Cela n'a pas été le cas lors de cette mandature avec toutes ces démissions intempestives et ces retournements de vestes honteux. Les quinocéens ne l'ont sûrement pas oublié.
En tout cas, avec le nouveau mode de scrutin à la proportionnelle pour les villes de plus de 2.500 habitants, il y aura (normalement) une vraie majorité et une vraie opposition, et donc pas de traitrise après le vote. Ces messieurs dames sont prévenus !... 

jeudi 24 octobre 2013

au suivant 24/10/2013

En 2014 et même avant, la campagne  pour élire  le prochain maire ne sera en rien une confrontation à fleurets  mouchetés.
C'EST D'AILLEURS DEPUIS PLUSIEURS ÉLECTIONS UNE CONSTANTE A SAINT QUAY PORTRIEUX.
La guerre en dentelle pour être élu au conseil municipal n'est pas de  mise , la  machine à claques est en construction, des coups tordus sont en  préparation  et la  mémoire fait déjà défaut à plusieurs têtes de  listes avouées.
Les blogs et les sites en construction vont donner une dimension détonante à cette double élection (élus municipaux et élus communautaires ) avec cette  particularité  que  les écrits restent  et que  les  paroles s'envolent .
Il existe  un véritable scandale dans  notre commune, c'est la  multitude  de  listes en  préparation.
Des femmes et  des hommes intéressés par la vie de  leur commune, il en existe beaucoup, je  l'imagine et  je  l'espère;  mais des  Quinocéennes et des Quinocéens s'engageant résolument au service des autres, j'en compte  nettement moins.
Être élu, c'est un honneur , une reconnaissance  par  la  population de votre activité au service du  plus grand nombre  et surtout beaucoup de travail  en sus de votre vie  personnelle.
C'est pourquoi je trouve ridicule  cette multiplication   par six  du nombre de  listes .
6 listes: si elles participent aux élections de  mars  2014, c'est réunir  69 femmes et  69 hommes  , tout un programme!!!!   
Les six têtes  de  listes avouées ou tapies dans  l'ombre sont actuellement  les suivantes : G. Brezellec,T. Simelière avec  un site construit et la volonté d'aller jusqu'au bout, I.Quéré et D.Blanc candidats  retardant au maximum par calcul la déclaration de  leurs candidatures, G.Lambotte qui essaie de remettre le couvert  pour le combat de trop et, après avoir fermé le blog du LEQ, véritable mémoire de  5 ans et demi  de vie  municipale, Barbey-Chariou,  le démissionnaire de  la  liste "Autrement".
Il vient d'ouvrir timidement un blog ou un site  ou il laisse entendre  qu'il détient les solutions pour  bien gérer la commune!!!
En ce qui  me concerne, je tire la conclusion  que  ma  place au sein du conseil est un échec  personnel.
Ce poste de  maire adjoint m'a juste  permis  de  mieux cerner  la complexité de  la gestion communale  et c'est très complexe en  2014.
C'est pourquoi, sans regret, vu mon bilan, mon empêchement d'exercer ma tâche d'élu par la seule volonté du premier  magistrat et compte tenu de  mon âge  je  n'ambitionne aucune  réélection.
Mon blog, "Le blog de Michel", au fil  du temps, a  pris une certaine audience, il faut dire  que  je  n'ai pas  ménagé ma  peine et  mon temps.
Mon blog continuera au delà des  prochaines  municipales à témoigner, à prendre  parti, à polémiquer  sur  la vie  municipale et, comme l'indique le  propos de Beaumarchais faisant le chapeau de  mon blog, j'entends  à ce qu'il soit encore plus un lieu d'échange où la flatterie  des  propos échangés sera contredite par les blâmes dûment assumés et signés  de mes  lecteurs.

JOUNENT Michel. 
NB: un blog informatif à consulter  sans  modération. www. stquay.com 

Commentaire de Roques Denis:
Je vous remercie d'avoir donné l'adresse du site stquay.com sur votre blog. Je regrette moi aussi que le site leq.asso.fr ait fermé sans crier gare. Si j'avais su, j'en aurais fait une copie pour mes archives personnelles. J'espère qu'Erwan Barbey-Chariou (que je ne connais pas) a sauvegardé les articles et qu'il remettra les plus intéressants à la disposition des internautes. Et je suis ravi d'apprendre que votre blog ne subira pas le même sort.
Commentaire de Picolet Gilles:
Tout à fait d'accord avec vous sur le ridicule que constitue la multiplicité des listes.
Je retrouve bien nos irréductibles Quinocéens chamailleurs, chers à Uderzo.
Mmes et MM les candidats, oubliez vos rancoeurs, mettez de côté votre ambition personnelle et unissez vos forces et vos idées pour l'avenir de St Quay-Portrieux !
Bravo à Michel Jounent pour sa déclaration qui l'honore. 

Commentaire de Roques Denis:
Ne soyez pas si négatif, en considérant votre rôle au sein du conseil municipal comme un échec personnel. Vous avez été, depuis votre élection, au centre de vifs affrontements. Mais du fait qu'il était minoritaire au sein du conseil, le maire a été obligé d'argumenter les propositions soumises au vote, et souvent de revoir sa copie. Débats polémiques, mais démocratiques, et au final décisions consensuelles et bilan positif auquel chacun a contribué. Pour ma part je préfère ce type de fonctionnement à celui de nombreuses petites municipalités où le maire installé depuis des décennies comme un chef gaulois décide de la pluie et du beau temps sans que personne n'ose lever le petit doigt. Et votre blog, vos billets d'humeur virulents, polémiques, bêtes et méchants (cf. Hara-Kiri), mais souvent pleins d'humour, ce blog très lu à Saint-Quay (votre lien vers stquay.com a fait exploser le nombre de mes visiteurs) est une vraie réussite. Alors, Monsieur Jounent, haut les cœurs ! 

samedi 19 octobre 2013

être maire en 2014... 19/10/2013

UNE BELLE VÉRITÉ!!!

"Maire , c'est un engagement de tous  
les instants".


Telle est la belle et bonne définition que donne une élue* costarmoricaine, maire de sa commune,  à quelques  mois  du renouvellement des conseils  municipaux.
C'est ce qui a  manqué à notre ville pendant cette  mandature encore en  place  pour un peu moins de  160 jours.
S'il se confirme que  M Blanc avait prévenu que sa  présence en ville serait limitée, il est vraiment scandaleux  que  pour autant il ait si peu  délégué.
Mieux, il s'est privé  au fur et à mesure que  le temps  passait, du travail des  adjoints de sa liste élue en totalité "Autrement" en  leur retirant leurs délégations .
Comme cela ne suffisait pas, il a déclaré d'emblée sa défiance aux  nouveaux élus de septembre  2012, en les privant de toutes délégations.
Les conséquences  de ce  pouvoir non partagé, tous  les  Quinocéens  les connaissent ...
Un programme promis en  2008 qui restera  largement  inachevé, des dépenses  non maîtrisées et des conflits permanents au sein de  l'organisme dirigeant la commune.
Au delà de ce qu'il reste quantifiable,  de  profondes divisions  se font jour chez  les habitants permanents et résidentiels  de  la commune.
Hormis quelques  réalisations,  cette  mandature restera marquée par la stagnation,   aucune vision sérieuse pour les dix  ou vingt ans  à venir n'a vu le jour.
M Blanc, durant sa campagne  électorale  préparant son succès de  2008, avait souvent  à la bouche la qualification  "de gestion  à la  petite semaine", l'activité du maire sortant G Lambotte.
Aujourd' hui,  la seule qualification qui revient  au sujet de  la  municipalité de Saint Quay Portrieux est le ridicule.
La seule chose remarquable que  les gens retiendront de cette  mandature, c'est l'aide apportée à la  presse, elle a retrouvé en rapportant la vie politique tourmentée de  notre commune de quoi améliorer sensiblement  ses ventes.
Non seulement le rôle d'un maire  s'impose sur sa vie  personnelle  et prend  le  pas sur tout le reste mais et c'est valable  pour les adjoints aussi , c'est un engagement de tous  les  instants  au point que les soucis  des concitoyens   vous réveillent  parfois en  pleine nuit.
La vie de  maire,  c'est à l'évidence  pour une commune de  notre dimension celle  d'un chef d'orchestre avec  la  particularité  que  la  partition  change d'une  journée  à l'autre.
Dernière réflexion sur  le rôle de  maire et de tous  les élus du conseil, ils sont  à la tête d'une administration qui depuis des années  ne cessent de s'alourdir.
Pour en comprendre  les  méandres , il faut  multiplier  les réunions  et prendre sur sa vie personnelle  beaucoup de temps pour en saisir la complexité.
C'est difficile pour les élus encore en activité et quasiment insurmontable pour une jeunesse entrant dans  la vie active , autrement dit le rajeunissement du conseil municipal de Saint Quay n'est pas pour demain.
Que  les prochains  candidats au fauteuil de maire se le disent , cela  leur évitera d'afficher des fausses bonnes solutions  au renouvellement de  la vie  municipale.

JOUNENT Michel .


*maire d'une commune rurale  interviewée  dans  le cadre de l'assemblée départementale  des maires et présidents  des C de C des Côtes d'Armor, dans  le journal OF .   
Commentaire de Bruhat Bernard:
Puisque les masques sont tombés avec l'annonce d'une liste menée par les ex co-listiers devenus subitement opposants au maire, nous verrons bien si les quinocéens approuvent leur démarche pendant ces 6 années ou s'ils la désapprouvent. 
En d'autres termes, les quinocéens approuvent t'ils la légitimité d'un maire élu par ses concitoyens puis par ses colistiers ou non ? 
Etait-il normal que les co-listiers, devenus opposants, agissent de la sorte vis à vis d'une personnalité tête de liste uniquement pour des raisons de rivalité ? 
Dans quel but figuraient-ils sur la liste Blanc ? 
Pourquoi n'ont-ils pas démissionné plutôt que de demander celle du maire ?
Mais c'est maintenant de l'histoire ancienne. Quoi qu'on en pense, nous avons tous pu constater que le maire a résisté de belle manière aux diverses pressions et a démontré son charisme et sa force de caractère. Comme vous le dites, on ne peut que regretter une situation provoquée sciemment par ses ex co-listiers dont le résultat a été de retarder les projets du programme approuvé par les électeurs. 

Commentaire de Picolet Gilles:
Alors qu'à Paris, Joseph Bouglione présente son nouveau spectacle au cirque d'hiver, à St Quay-Portrieux c'est le grand cirque permanent qui continu !
La bataille des municipales a déjà commencé sur la piste aux étoiles.
Un maire (dresseur de fauves), M. Blanc, qui ne sait pas encore s'il serait candidat, mais qui fait tout pour, en assurant sa présence à St Quay-portrieux (c'est nouveau) et en tournoyant sur les marchés.
Un adjoint (trapéziste), M. Brezellec, qui sort de l'ombre pour se présenter comme le seul recours pour la commune, étant sur place en permanence, et connaissant parfaitement les dossiers et la gestion de notre cité. En 2008 il a certainement cru que les absences annoncées de M. Blanc lui permettraient de diriger la ville dans l'ombre ; mais il est tombé sur plus fort que lui, ce qui a conduit à la situation que nous avons connue, dont il est en grande partie responsable. Nous ne voulons pas d'une continuité de gestion mais d'un véritable changement !
Un funambule, M. Simelière, qui se promène de ville en ville, au gré des différentes élections, pour satisfaire sa gloriole personnelle. À travers son questionnaire, il attend que les Quinoceens lui donnent des idées pour construire son programme et bâtir son équipe.
Le reste de la troupe(jongleurs, antipodistes, musiciens...), anciens conseillers, est aux aguets pour juger de l'opportunité de la création d'une liste...
Pour le bien de St Quay-Portrieux, il faut sortir “les clowns “ et trouver une équipe d'équilibristes qui ramènera le calme et la concentration dans le travail des élus.

Commentaire de Kervoelen Mariannick, adjointe aux affaires sociales et action jeunesse:
A tous ces donneurs de leçons derrière leur écran, je dirais simplement: "La critique est aisée mais l' art est difficile" .
Mettez donc toute votre énergie verbale au service de la commune. Impliquez vous, investissez vous.
Faites une liste pour les prochaines élections municipales et montrez nous sur le terrain de quoi vous êtes capable.
Mettez en pratique vos soit disant et excellents conseils, au pied du mur ou de l' autre côté de la barrière, on vous verra à l' oeuvre et vous serez ainsi sur un même pied d' égalité pour critiquer.
Commentaire de Picolet Gilles:
Si je me suis permis d'entrer dans le débat, c'est devant l'image désastreuse laissée, lors du dernier mandat qui s'achève, par la grande majorité des élus.
Uderzo avait raison d'installer son village d'irréductibles gaulois en Armorik, sur une côte qui ressemble fort à la notre. En effet, à St Quay-Portrieux, on croirait retrouver ces gaulois chamailleurs qui s'affrontent pour un rien...
Je suis l'un des quelques 20 000 Quinocéens non permanents et suis un observateur attentif de la vie de notre cité.
Je ne m'estime pas être un donneur de leçons, mais garde l'esprit critique.
Pour ce faire je me base sur une expérience de plus de 20 années de conseiller municipal dans une commune de + de 5 000 habitants, dont 12 en tant que 3ème adjoint au maire.
Je ne détiens aucune vérité, mais je n'avais jamais vu un tel désordre dans la gestion d'une commune.
Espérons que mars 2014 apaisera les esprits batailleurs et que la sérénité, qui est de rigueur, s'imposera aux futurs élus. 

vendredi 18 octobre 2013

les courageux de l'anonymat 18/10/2013

A L' ADRESSE 
DES ANONYMES ASSOCIES ...





Sur mon blog "Le blog de  Michel" , je  mets  un point d'honneur  à ne  pas  censurer les commentaires qu'ils soient favorables  ou défavorables  au contenu de  mes  posts.
J'y mets  une seule condition  et je  le répète pour la centième fois les commentaires doivent être signés .
Signé  par le véritable  nom de  l'auteur ou par  un pseudonyme  qui me  permets de  connaître le réel nom de  l'auteur (adresse  E -mail )
Vu les  problèmes  judiciaires qui m'opposent au maire,  je  ne transigerais pas  sur   cette exigence de savoir l'identité  en l'occurrence de  mes  détracteurs.
Détracteur comme  l'anonyme  Picolet à qui  je répète  que  la  lecture de  mon blog  n'est pas  obligatoire.
Qu'il arrête  comme  plusieurs  autres de se faire du mal , le masochisme  n'est pas la solution pour soigner ses aigreurs.



JOUNENT Michel.

Commentaire de Picolet Gilles:
Je ne suis pas anonyme et mon nom est bien Gilles PICOLET.
Je réside rue de la Garenne.
Si vous aviez expliqué clairement comment vous laisser confidentiellement mon adresse mail, cela vous aurait évité un commentaire inexact.
J'ajoute que je ne suis pas un détracteur systématique, comme vous pouvez l'être à l'encontre d'autres, mais un citoyen attentif à la gestion de la Commune.
J'ai déjà posté plusieurs commentaires critiques sur le blog de la commune, sur le site de M. Brezellec et sur celui de M. Simelière.
Il n'y a qu'avec vous que je rencontre ce genre de problème.
Bien cordialement.

mardi 15 octobre 2013

les impôts locaux 15/10/2013

 A QUAND LA BAISSE DES IMPÔTS LOCAUX 
A SAINT QUAY PORTRIEUX???




Avec la contribution  du Casino, représentant grosso modo un tiers des recettes de  la commune, avec  un endettement en baisse  consécutif à la frilosité de la mandature pour engager les grands travaux dont la commune a besoin comme ceux concernant la voirie, l'usine d'assainissement, l'éclairage  public , l'effacement des réseaux aériens d'alimentation en électricité et en téléphonie et puis,  après tant de  retards accumulés,  la mise  en état des réseaux souterrains d'alimentation en eau  et l'évacuation des  eaux  pluviales et usées, c'était possible.
Avec l'irresponsabilité d'engager des budgets d'investissement en s'appuyant  malheureusement   sur  l'inconstance du conseil municipal, cela a conduit au résultat aberrant  de voir leur  utilisation à moitié réalisée; les exemples du carrefour des Prés Mario ou de la signalétique urbaine  en sont des  tristes exemples , cela était encore  possible.
Et pourtant,  comme le  montre aujourd'hui  la Cour des Comptes  de la rue  Cambon à Paris présidée par le Député socialiste Didier Migaud, notre commune  poursuit  comme  l'ensemble des villes de notre pays, une hausse "tendancielle"  des charges  de fonctionnement, cela  restait toujours possible.
Ces charges de fonctionnement  sont notamment celles  du  personnel, inutile  à Saint Quay de revenir encore sur cette  mandature qui a connu la valse de six DGS.
C'est vrai, pour être  honnête, que  les communes en général subissent les hausses automatiques de salaires, elles subissent l'octroi de régimes indemnitaires en progression constante  et elles  constatent surtout  une durée de travail  inférieure à la durée  légale.
Dans  les années à venir, plus que  jamais , le freinage des dépenses de fonctionnement sera un impératif et cela  passe  par une plus grande  place de  la  Communauté de Commune  sur  notre  manière de vivre à Saint Quay Portrieux.
Par exemple, l'investissement urgent et nécessaire d'une nouvelle école de  musique  devra se faire dans  le cadre  de la C de C du "Sudgoélo" et son fonctionnement bien évidemment avec la  participation des  autres communes de la C de C.
Cette  intervention de  la C de C  aurait dû  déjà se faire  lors de  la restructuration du Cinéma "Arletty", mais c'est déjà  une autre  histoire.
Demain, pour notre ville, la  mise aux normes de  l'usine d'assainissement ou sa reconstruction sur  un autre site et surtout le  partage avec  les communes mitoyennes  utilisant l'installation devra être revue de fond en comble  pour abaisser le coût de  l'investissement et le coût de fonctionnement.
La  possibilité d'abaisser le  montant des  impôts locaux est réelle à Saint Quay compte tenu de  la  participation du Casino  à la construction du budget "Recette"; encore faut-il regarder et gérer au plus  près avec  un  maximum de bon sens  le budget "Fonctionnement".


JOUNENT Michel, élu témoin  depuis  une année que  l'on peut faire  à la tête de  la  mairie tout et son contraire  avec  l'argent  public.

Commentaire de Bruhat Bernard:

Je suis entièrement d'accord avec Monsieur Jounent sur l'impérieuse nécessité de gérer au mieux les fonds publics de la ville et condamner les dépenses inutiles. D'où le besoin d'un futur conseil municipal compétent et responsable. 
Il n'en demeure pas moins que saint-Quay a un impérieux besoin d'améliorer sa qualité d'accueil en tant que station balnéaire, et la qualité de vie de ses habitants : réfection générale de la voirie, requalification indispensable du Portrieux telle que prévue dans le projet Saint-Quay 2020, signalisation, etc.... L'apport des recettes du Casino est une bénédiction pour cette ville, et il est heureux que chacun en profite. Cet apport doit compenser la diminution des aides de l'Etat aux collectivités locales à partir de 2014 dont la ville bénéficiait du fait de la réduction du train de vie réclamée par les français pour payer la dette laissée par les gouvernements précédents. Reste à espérer que le chiffre d'affaires du casino ne subira pas le contre-coup des efforts demandés, y compris aux joueurs....

samedi 12 octobre 2013

CRC de Rennes 12/10/2013



JE N' Y COMPRENDS PLUS RIEN....
mais ce  n'est pas  nouveau sur  le cinéma !!!




Au  dernier conseil  municipal, suite  à l'injonction du Préfet des Côtes d'Armor, une  majorité de conseillers est revenue sur le vote du 5 septembre 2013 portant  sur  le budget annexe du Cinéma "Arletty".
En refusant dans  un premier temps ce budget annexe,  la question suivante  de  l'affectation des résultats  n 'avait plus, le 5 septembre, de raison  à être soumis au vote.
En votant  ce  10 octobre 2013, par  12 voix contre  11, le  compte administratif 2012 du budget annexe du cinéma  mais en ne votant pas l'affectation des résultats, un nouveau casse-tête est proposé au Préfet.
A la réception des délibérations, il devra,  dans  le cas du contrôle  de  la  légalité des délibérations  prises  par notre conseil municipal, saisir de nouveau La Chambre Régionale des Comptes de Rennes.
Autour du cinéma, plusieurs  questions restent toujours sans réponse.
Parmi  la quinzaine d'entreprises qui a participé à la restructuration de la salle,  une seule n'a  pas  signé le  procès verbal de réception des travaux... la SCOBAT.
Cette entreprise est toujours en conflit avec  la  municipalité  et selon M le  maire cette situation de refus à voter un avenant sur "des travaux supplémentaires ???" empêche  l' attribution d'une subvention de  50 000 €.
D'autre part, une délibération  permettant la rémunération de  la société  régissant le cinéma  avant qu'un délégataire ne soit trouvé, a été lourdement modifié  entre son vote  par le conseil et sa transmission au contrôle de  la  légalité préfectorale.
Le  maire nous  parle  d'une erreur  technique, le Préfet retient cette affirmation, ce  point de vue n'est toujours  pas partagé par un grand nombre d'élus.
Cette délibération ( N°12-12/06-12 ) fait d'ailleurs  l'objet d'une plainte* avec constitution de  partie civile près du TGI de Saint Brieuc, une juge  d'instruction  a été nommée.
Autour de cette  rénovation de la salle "Arletty",  les conditions dans  lesquelles s'est fait  la réception des travaux  au terme de  l'article  41 du CCAG des travaux**  ne sont pas réunies pour  permettre au maître d'oeuvre ( la  mairie ) de rentrer en possession  de  l'ouvrage.
Le  maire affirme dans  un courrier en date du  8 août  2011 que  l'ensemble des travaux  a été réceptionné le  28 juillet 2011 au sens de  l'article 41 du CCAG travaux; c'est totalement inexact, la  plupart des réceptions se sont faites après  l'ouverture du cinéma  fin octobre  2011 et celle de  la société SCOBAT ,la plus importante dans cette restructuration, est  toujours inexistante.
Ce  fameux courrier  du 28/07/2011 n'avait pas d'autres motifs que de  hâter  le passage de  la commission de sécurité.
Donc, en faisant fort, la  mairie  n'est toujours pas rentrée en possession de  l'ouvrage, la  municipalité a  embauché plusieurs  personnes pour faire  fonctionner le cinéma  d'avril 2011 au 31 décembre 2011; ensuite, elle a signé un contrat toujours  pour le fonctionnement de  la salle du  01/01/2012 au milieu du mois d' avril 2012 avec une société et ensuite un délégataire de service  public a été choisi pour gérer la salle .
N'étant pas rentré en possession de l'ouvrage au sens  de  l'article 41 du CCAG travaux , ces différents  moyens pour faire fonctionner  la salle  se sont faits  en dehors des règles prévues dans  le code des  marchés.
J'attends vivement  que  la prochaine intervention de  la Chambre Régionale des Comptes  ne s'arrête pas seulement à un questionnement de  M le maire .
Plusieurs élus sont prêts et disponibles à  faire jaillir la vérité sur ce sujet  devenu au fil du temps complexe.
On n'en serait pas là aujourd'hui si cette restructuration avait été conduite par une   majorité d'élus  et non pas  par celle d'une  petite coterie  vouée sans réserve à l'autoritarisme  du  maire.

JOUNENT Michel, élu depuis  un an, ne  porte aucune responsabilité  dans ce qui s'est fait les quatre années et demi précédent mon élection  et surtout a voté depuis  un an tous  les travaux  proposés par le  maire.

* une copie de  la  plainte  a été transmise  à la CRC de Rennes , elle en a accusé réception.
** CCAG travaux = cahier  des clauses administratives générales applicables aux marchés de travaux.

jeudi 10 octobre 2013

effervescence de fin de mandat 10/10/2013

CELA SENT LA FIN DE MANDAT...
Tant sur  la Commune que sur
la Communauté de Communes.








En ville, par  la volonté des élus, l'aménagement du quartier du casino  progresse, les dégâts provoqués par  la tempête de mars 2013 sur  la  plage de  la Comtesse et du Casino  sont en voie  d'effacement , la  place Sainte Anne sous  peu, deviendra  un lieu plaisant, le haut de la  plage des Châtelets  devrait, avant la fin de  l'année, connaître le début de sa rénovation, l'effacement des réseaux aériens dans   de nombreuses rues  du centre ville devrait lui aussi  se faire  dans  le dernier trimestre de cette année et la rue des Trois frères Salaün, connue pour sa très grande  fréquentation et sa dangerosité,  devrait enfin, par ses aménagements, devenir une entrée de ville plaisante et sécurisée.
Au niveau de  la Communauté de Communes , propriétaire de la ZA de  Kertugal, là, la surprise est grande.
Viabilisée sous  le mandat précédent, elle est restée vide d'occupants  pendant ces six dernières années .
C'est vrai que  la crise économique est passée  par là; en attendant, pour beaucoup de quinocéens  et pour beaucoup d'habitants du "Sudgoélo", la vision de cette ZA  abandonnée donnait l'image d'un immense  gâchis  financier .
Depuis le début de cette année  2013, une société "paysagiste " a acquis un lot et, depuis  le  dernier  conseil communautaire du 3 octobre, il a été approuvé  à l'unanimité l'autorisation de  vendre  le lot N° 8 d'une surface  de  3628 m² à une société de gestion  immobilière basée en  Ille et Vilaine.
Cette société  de gestion démarche pour  les services immobiliers de "La Poste".
Cette opération a pour but de finaliser prochainement la construction d'un  centre de distribution postal.
Maintenant que la  Communauté sort de son sommeil, elle voit plus  haut et plus  loin , elle  cherche à  acquérir le  bâtiment en bordure de la ZA, abritant la boutique fermée  "Le coin des malins".
Cet achat s'inscrit  dans  la  problématique de  l'installation de  la base de  maintenance   des éoliennes marines au Port d'Armor.
Comme quoi, il faudrait  commencer  les  mandatures , celle de  la  Municipalité et celle de  la communauté de Communes par  la fin, les élus en responsabilité à la veille du renouvellement possible de  leur mandat semblent retrouver  une ardeur nouvelle  dans  leur  activité.
Labeur au service  des citoyens  qu'on aurait aimé  voir pendant toute la durée du mandat.

JOUNENT Michel.  

Commentaire de Morice  Bernard:
Il est dommage que le nom de la "Plage du Châtelet "ait été abusivement transformé en "Plage des Châtelets" par le Bureau d'Etudes chargé de la refonte de ce secteur, et que les élus reprennent systématiquement cette orthographe erronée
Autant je suis prêt à aller au "Châtelet" , autant je ne suis pas prêt à aller aux "Châtelets" (établissement mutualiste de soins de cure médicale et chirurgicale) 
Commentaire de Dunis Gilles:
Quand j'étais plus jeune, j'allais souvent au Châtelet, j'ai vu Luis Mariano, Georges Guétary, Jean Richard,que des pointures Mexico Mexi i co ....... 

mercredi 9 octobre 2013

la simple vérité 9/10/2013


POUR FAIRE TAIRE 
LES BRUITS DE COURSIVES!!!

Sur la  place Saint Anne , les travaux vont bon train.... Enfin!!!
Une  première entreprise a réalisé  les travaux  pour effacer les réseaux aériens fournissant l'électricité et le téléphone.
Une seconde  entreprise,"Eurovia", a effectué les travaux  les  plus  importants d'aménagement en réalisant le  long des habitations les caniveaux d'évacuation  des  eaux  pluviales  en pavés "breton " issus d'une récupération et les travaux assurant correctement la fourniture du gaz , de l'eau  ainsi que  l'évacuation des eaux usées.
Une troisième entreprise  couvrira la  place  de  pavés , des  pavés "portugais"; quant aux  six arbres, ils se situeront au milieu de carrés* de  1.5 mètres de côté réalisés par des bordures en granit avec  un apport de terre végétale.
La nouvelle  place sera bordée le  long de  la rue du Commerce par une surface couverte d'un enrobé noir délimitant un emplacement pour le  stationnement de   2 véhicules.
Une chapelle rénovée à la fin du dernier mandat (2008)  , une  place rénovée en cette fin de  mandat (2014), à ce rythme,  on peut imaginer que  la rénovation  de fond en comble de ce quartier construit autour de ses venelles  se fera dans  les années  2020.
Le quartier du  Portrieux et  les  jardins du quai de la République sont restés depuis trop longtemps la  partie délaissée  de  notre commune , espérons qu' un vent nouveau soufflera de ce côté,  dès  la  prochaine  mandature.

JOUNENT Michel,  élu et  promeneur  pédestre. 

*l'enrobé cernant actuellement les arbres sera détruit à l'intérieur du carré  les abritant, afin de leur  conserver une vitalité optimum.