Pages

mercredi 27 février 2013

les largesses de M Blanc 28/02/2013



TRISTE ANNIVERSAIRE

pour les contribuables Quinocéens.




Il y a un an , la maison de la presse du Portrieux mettait la clé sous la porte.
Un mois plus tard, ce commerçant débrouillard recevait 100 000 € de la commune pour la vente de son fonds de commerce.
Depuis une année cette boutique est abandonnée, elle se délabre et notre maire, pourtant champion en Afrique de l'ouest pour développer dans des pays à l'économie difficile un système de micro-crédit, reste "l'arme à la bretelle"* pour trouver un locataire ou un usage à cette boutique.
La délibération qui a autorisé le maire à l'achat des murs comprenait aussi la signature d'un bail 3/6/9 pour un loyer annuel de 7 774 € TTC (6 500 € HT ).
Cette somme n'est toujours pas réclamée au bout d'un an aux vendeurs.
A cela s'ajoutent les impôts, taxes et assurances que doit dans la commune le propriétaire des lieux (la mairie ).
A Saint Quay Portrieux, pas de problème pour l'instant; la ville est riche surtout grâce à son Casino.
Mais que chacun le sache, l'abondance financière est derrière nous.
Notre commune n'est plus à l'abri de connaître dans des temps très rapprochés un sérieux tour de vis après cette mandature marquée par le gaspillage en tout genre et une révision drastique  de la gestion  des collectivités territoriales. 


JOUNENT Michel, membre d'un conseil municipal à la dérive.
* M Blanc 2 jours par semaine en mairie, c'est bien peu pour trouver un locataire.

Commentaire de Benoît Giquel:
Que l'achat de ce magasin ait été une erreur ou pas; que cela partait d'un bon sentiment ou pas, chacun peut apprécier à sa manière, mais ce qui est incontestable, c'est que l'état actuel de cette ex-boutique n'est pas acceptable, la laisser devenir une ruine est de la responsabilité de celui qui l'a acheté, n'avoir aucun projet démontre, une fois de plus, que gouverner c'est prévoir, quand on n'est pas capable de prévoir, on confirme qu'on n'est pas capable de gouverner, 100 000 euros c'est aussi un peu plus de 30 euros pris dans la poche de chaque quinocéen, le pire c'est que je ne suis même pas sûr que nous ayons rendu service au commerçant, surtout avec tout le tapage fait autour de cette affaire.
Commentaire de Malo Jaouen:
Voilà une belle réalisation ! Et maintenant, que fait-on ? "Ce n'est pas de ma faute, c'est pas moi".
Nous avons toujours entendu cela de la part d'un maire qui n'a jamais pris ses responsabilités. Quid du bâtiment "coop maritime" sur le port ?
Merci M le maire de favoriser le développement du port.
Ce résident secondaire à la tête de notre mairie se cantonne à l'aménagement de son quartier: Saint Quay...
À la lecture de la presse d'Armor d'hier, on peut penser que notre maire pourrait se représenter en 2014.
Il prendra sa décision en temps et en heure. Quinocéens, soyons attentifs, un mandat de plus et alors là...
Je vous laisse imaginer l'état de notre belle cité avec un maire présent 48h par semaine !!!
Il va falloir maintenant que nous donnions la priorité de nos suffrages à des vrais Quinocéens de cœur qui habitent notre ville à l'année et qui connaissent les vrais problèmes des habitants.

mardi 26 février 2013

avec toujours plus d'aplomb 26/02/2013


LE PÈRE FOUETTARD!!!



Le 20 septembre 2012, devant un conseil municipal au complet, M Blanc, avant de débattre de la question du maintien ou non du minigolf, a soufflé le froid en sortant de son chapeau des chiffres astronomiques sur les conséquences de la remise en cause du projet d'aménagement du quartier du casino.
Aménagement, il faut le rappeler, voté à la majorité le 26 janvier 2012 qui prévoyait entre autre la disparition du minigolf de son emplacement actuel.
Ces éléments de nature financière étaient comme qui dirait une épée de Damoclès au dessus de la tête de chaque élu avant leur vote.
Il avait fait fort notre maire, ce soir du 20 septembre :
2 000 € pour indemniser le maître d'œuvre.
176 700 € + 23 500 € à la société "Eurovia" pour le non amortissement des frais généraux et une perte de gains.
179 500 € pour les fournitures commandées et maintenant non utilisées.
4 000 € + 14 200 € pour indemniser l'entreprise réalisant les espaces verts et pour les fournitures commandées.
A ces 400 000 € environ, s'ajoutaient selon le maire, éventuellement 10 000 € HT par semaine pour immobilisation du personnel et du matériel dans le cas d'une hésitation du conseil municipal sur la date de reprise des travaux arrêtés par le maire au lendemain de l'élection complémentaire du 09/09/2012.
Ces estimations étaient sans doute nécessaires, il n'était pas interdit cependant de prendre un certain nombre de précautions avant de les claironner au conseil municipal.
Se servir des ces sommes pour peser sur la décision du conseil à venir relevait chez M Blanc d'un calcul assez machiavélique.
Alors, qu'en est-il de ces indemnités, maintenant que les travaux ont repris, travaux repris avec plusieurs mois de retard par le seul fait du maire .
En effet , une bonne partie du projet initial ne changeait pas et un recalage du relancement rapide des travaux était envisageable.
L'économie aujourd'hui du projet est en retrait par rapport au coût initial et il est même possible de faire des économies, c'est plutôt rare dans notre commune habituée depuis l'ère Blanc à beaucoup de gaspillages.
MIRACLE!!!, on ne parle plus des indemnités aux entreprises et des dépenses pour des commandes inutilisées.
Alors, que dire de cette intervention toujours au conseil du 20 septembre d'un candidat battu à la complémentaire en fin de conseil où chacun a pu l'entendre donner la leçon et faire une sommation à l'adresse des élus sur leur irresponsabilité à sauver le minigolf .
On se souvient encore de son discours où il accusait les élus de jeter l'argent public par les fenêtres.
Cet agité, ce porteur de pancarte, ce meneur de défilé, cet adhérent actif à "Ciné St Ké" a montré que son attachement aveugle au maire obscurcissait sa compréhension sur les problèmes relativement simples de la vie communale.
La population du quartier du Casino et les commerçants sont exaspérés par ce chantier qui défigure depuis trop longtemps le centre ville.
Cela ne déplaît pas au maire; il espère bien en tirer avantage , 2014 n'est plus très loin.
A l'autre bout de la ville, du côté du port , la construction d'un bâtiment commercial sur les terre-pleins est reporté, tout cela à cause d'une pétition singulière et inopportune.
Ce polder n'a pas été réalisé pour rester une friche ou un parking à camping-cars, il doit, par des constructions, prolonger l'ancienne ville au nouveau port.
Le plus inouï, dans cette affaire de pétition, aura été d'éloigner, je l'espère provisoirement, un promoteur qui voulait investir plus de trois millions d'euros sur cette zone abandonnée depuis plus de vingt ans.
Quand cela s'arrange d'un côté, notre maire n'est jamais à cours d'idées pour faire apparaître des problèmes ailleurs dont, immanquablement, il fait retomber la responsabilité sur ses collègues.
Un automobiliste perd le contrôle de son véhicule et tamponne une voiture à l'arrêt et aussitôt le maire s'autorise à tancer ses collègues qui ne veulent pas ou plus du projet visant à sécuriser le croisement des Prés-Mario.
Des accidents sur cette départementale D 786, ils n' en manquent pas et, vu l'usage que font certains de leurs voitures, on pourra multiplier les aménagements qu'on ne réglera pas ces problèmes de tôles froissées et d' air bag qui explosent.
Rarement en mairie , mais de plus en plus attelé à son ordinateur pour "démolir" ses collègues, du plus loin qu'ils s'en souviennent, les quinocéens ne seront pas prêt d'oublier M Blanc à la tête de cette mandature "Autrement".


JOUNENT Michel , conseiller municipal inquiet pour l'avenir de la commune.

dimanche 24 février 2013

une riche association 24/02/2013

A force de crier au loup,
ON FINIT PAR NE PLUS VOUS CROIRE
M BERGAUD.

La discussion par les conseillers municipaux sur l'accord et le montant des subventions au mouvement associatif a fini par se dérouler normalement.
Le maire, ce grand étourdi, avait dans un premier temps oublié de réunir les commissions thématiques pour examiner les demandes de subventions.
Il lui a été difficile ensuite de refuser d'appliquer les règlements intérieurs au conseil qu'il avait fait voter.
M Bergaud, en lisant mon blog, ce partisan effréné de M Blanc, a cru déceler une machination visant à détruire le mouvement associatif quinocéen.
Les élus ont simplement voulu dans une période où l'économie du pays est en stagnation , regarder de plus près les demandes et l'honnêteté des dossiers déposés.
"Ciné St Ké" est une association originale et clivante, par l'engagement de son président auprès du maire.
Par l'organisation d'une manifestation contre des élus, elle a dressé une partie de la population contre l'autre.
Par les slogans et les outrances entendus au cours d'un défilé en ville pour soi disant "ne pas toucher au cinéma", les manifestants ont largement dépassé le débat d'idées.
L'engagement résolu de M Bergaud pour essayer de constituer une nouvelle majorité municipale en septembre 2012 aurait dû au minimum le conduire à prendre une certaine distance quant à la direction du ciné club .
Il est évident que M Bergaud n'en restera pas là, les prochaines municipales se profilent à l'horizon.
M Bergaud, citoyen engagé dans la vie municipale, renvoie un peu trop facilement dos à dos la majorité et la minorité restante autour du maire .
Dans une société démocratique, même quand elle est fait des erreurs, c'est à la majorité de diriger les affaires en l'occurrence municipales, autrement dit renvoyer tout le monde dos à dos n'est pas honnête.
M Bergaud fait une fixation sur un commentateur de mon blog qui apparaît sous un pseudonyme "Cassandre".
Cette confusion entre pseudonyme et anonyme est navrante.
De tout temps, des journalistes, des écrivains ont utilisé un pseudonyme et pour un journaliste à la retraite , c'est inquiétant d'avoir déjà oublié cela:
Le créateur du journal "Le monde" Hubert Beuve -Mery tenait une chronique dans son journal sous le pseudo "Sirius".
L'illustre écrivain Romain Gary a obtenu un second prix "Goncourt " sous le pseudo" Emile Ajar".
Et sans remonter dans la nuit des temps, Maupassant a publié sous un pseudo et combien d'écrivains, pour des oeuvres à ranger sur les plus hautes étagères des bibliothèques, ont écrit sous un pseudo.
Anonyme , c'est connu de personne.
Pseudonyme, c'est connu par un cercle restreint et surtout cela permet d'identifier si il le faut l'auteur du texte.
A propos d'anonymat, on ne connaît toujours pas les noms ou le nom du propriétaire modérateur d' "Agir pour l'avenir de Saint Quay Portrieux", blog où M Bergaud se répand en jugements sévères sur les orientations de la majorité du conseil municipal.
C'est vrai que prendre une raclée à l'élection de septembre malgré le parrainage du maire a de quoi développer un caractère atrabilaire.
Par dérision, M Bergaud en cinéphile émérite , propose la projection dans le cadre du ciné club, le film "Le corbeau" et, par ce titre, il croit pouvoir stigmatiser ou rappeler à l'ordre les commentateurs de mon blog et "Cassandre" en particulier.
Je ne vois pas très bien le rapport entre ce film et le contexte local !!!
Je n'ai pas envie de m'abonner à cette association sectaire , mais j'attends avec impatience les propos rapportés par le blog de "Ciné St Ké" qui seront tenus sur Georges Henri Clouzot , sur Ginette Leclerc et sur ce film de la "Continental" entreprise financée par des capitaux allemands pendant l'occupation.
Et puis si cela n'est pas trop impertinent, M Bergaud, portez à la connaissance des quinocéens la fréquentation de ces soirées Cinéclub depuis que l'association utilise "Arletty".
En champion de la transparence, cela ne devrait pas poser de problèmes.
Le film "Le corbeau " ne passe pas souvent à la télé, n'empêche que je me souviens du nom de l'auteur des lettres anonymes dans cette petite ville de province ...NA!!!


JOUNENT Michel, élu qui rappelle qu'au 2000 € de subvention votée, Ciné St Ké se retrouve à la tête d'une cagnotte de 5 560.40 € pour organiser son activité en 2013, elle a déclaré, cette association, un solde créditeur de 3 560.40 € au moment du dépôt de sa demande de subvention.
Ce club était fort en 2012 de  71 adhérents  à jour de leurs cotisations dont 18 n' habitant pas  la commune. 
Commentaire de Cassandre:
On espère que ce trésor servira le cinéma et pas une prochaine campagne électorale ....

jeudi 21 février 2013

goujaterie 22/02/2013

GOUJAT...









La réponse écrite faite à la lettre de Mme l'adjointe Kervoelen indiquant qu'elle abandonne ses délégations de signature montre que M Blanc n'a pas son pareil en matière de goujaterie.
Depuis près de cinq ans, elle a dirigé avec abnégation le secteur très difficile de la jeunesse, de la solidarité sociale et des affaires scolaires.
Mais voilà, la coupe est pleine et le temps du bilan est venu pour cette adjointe dévouée.
Cinq ans pendant lesquels le maire n' a pas su ou voulu fédérer l'équipe des élus.
Cinq ans de manipulation et de mépris à l'égard de ceux qui ne partagent pas ses avis.
Cinq années à opposer les élus les uns aux autres , à faire pression sur le personnel administratif et à demander aux six DGS de sortir de leur rôle d'impartialité.
Le bureau municipal que forment les adjoints ne se réunit plus; la démocratie est absente dans toutes les instances de l'organisation municipale et,  on ne le répétera jamais assez, les absences continues du maire nuisent de façon absolue à une marche normale d'une commune de notre importance.
Le maire, en redonnant seulement des délégations à Mme Kervoelen après les élections complémentaires de septembre 2012, a non seulement voulu la mettre en porte à faux vis à vis de ses collègues adjoints mais il s'est surtout débarrassé d'un secteur essentiel qui nécessite beaucoup de travail et de présence régulière au milieu de la population.
Affirmer sans détour que les absences en mairie de l'adjointe Kervoelen conduisent l'agent du secteur social à travailler seul est une ânerie dont notre maire à, seul, le secret .
Affirmer en plus que l'adjointe passe plus de temps à critiquer le maire qu'à travailler au service des quinocéens et que cela n' échappe pas à un bon nombre d'habitants de la ville est d'une rare médiocrité.
Enfin, écrire que les motivations qui ont conduit Mme Kervoelen à rendre ses délégations sont sans crédibilité et sans dignité, montrent que M Blanc est prêt à tout pour se faire encore appeler le maire à Saint Quay Portrieux.
Avec beaucoup d'émotion, Mme Mariannick Kervoelen s'est adressée à ses collègues du conseil municipal du 21 /02 pour leur donner de vive voix les raisons profondes de la remise de ses délégations au maire et, surtout, le regret d'avoir élu M Blanc comme maire en 2008.
Cette information a reçu une sincère et chaleureuse ovation d'une majorité d'élus .
Mme Kervoelen reste cependant conseillère municipale et comme seize de ses collègues, elle attend le 4 mars 2013 la réponse du TA de Rennes sur la requête en référé exigeant du maire de respecter le CGCT en mettant à l'ordre du jour du prochain conseil municipal, la demande de révision de ses indemnités.
JOUNENT Michel, témoin du désarroi d'une élue et de la goujaterie maintenant archi- connue du maire.

Commentaire de Mme Kervoelen Mariannick, 3ème adjointe sans délégation:
Merci Michel d' avoir repris dans ton article certains propos tenus dans mon courrier de démission du 11 février.
Je voudrais rajouter que:
J'ai non seulement rendu les délégations sociales, scolaires et jeunesse, mais surtout j'ai démissionné de mon poste de Vice Présidente du CCAS.
Je reste néanmoins adjointe sans délégation solidaire avec les 5 autres adjoints et reste aussi conseillère communautaire.
Merci à certains collègues avec qui j'ai travaillé en étroite collaboration.
Mais surtout j'espère avoir été à l'écoute des Quinocéens , avoir répondu à leur attente et reste  néanmoins  à leur disposition.
Commentaire de DUNIS Gilles:
Chapeau bas Mariannick,bravo pour ton courage, si tu le souhaites, tu as une place sur la liste que je concocte ??? pour les éléctions futures, j'ai besoin de personnes comme toi, dévouée,intègre, sans profil de carrière, comme dans la chanson de Julien Clerc,"fait moi un signe...".
Commentaire de Mme Kervoelen Mariannick,3 ème adjointe:
OK Gilles, prête à repartir sur ta liste !!!
Commentaire d'Indigné 22410:
Cool!!!plus que  21 autres colistiers à trouver.

délai reporté au 15 avril.... 21/02/2013

BUDGET PRIMITIF 2013...




Présenté au vote le 19 décembre 2012, chacun se souvient du sort fait à la première présentation du prévisionnel 2013 et de l'issue du conseil municipal  où le maire au mépris du Code Général des Collectivités Territoriales, a suspendu la séance de façon pénalisante pour la population Quinocéenne.
Il refusait ce soir là la discussion de certains chapitres du prévisionnel 2013, ligne par ligne.
Les deux élus qui s'étaient penchés plus précisément sur ce prévisionnel avançaient que la discussion devait alors seulement porter sur une quinzaine de lignes du document.
Revirement de position, une seconde lecture du CGCT amène le maire en conscience a accepté cette manière d'examiner sa proposition de budget prévisionnel 2013.
Mais chez M Blanc, rien n'est simple; ce budget primitif 2013 qui était à discuter avec urgence en décembre 2012 ne l'est plus et, mieux, son examen est renvoyé au 28 mars 2013.
En fixant cette date au 28 mars 2013 , c'était préparer une espèce de chantage à la veille de la date limite du 31 mars prévue par la loi pour voter ce budget.
Autrement dit, conseillers de tous les quartiers, vous votez de façon positive ou vous serez responsables de la mise sous tutelle de la commune!!!
Nouvel épisode sur le vote du budget primitif, le Préfet des Côtes d'Armor, comme tous les autres préfets du pays, a fait parvenir aux 373 maires du département la note à l'objet suivant:

Prorogation pérenne de la date limite de vote des budgets des collectivités territoriales;
-Déploiement de la dématérialisation des documents budgétaires via Actes budgétaires pour l'exercice 2013.
L'article 37 de la loi n°2012-1510 du 29 décembre 2012 de finances rectificative pour 2012 prévoit qu'à compter de l'exercice 2013 et de façon pérenne la date de vote des budgets locaux est fixée:
au 15 avril au lieu du 31 mars.
L'article L.1612-2 du code général des collectivités territoriales a donc été modifié en conséquence.


Le couperet sur le vote de ce budget est déplacé de 15 jours; aux élus de Saint Quay Portrieux de réfléchir sur la meilleure manière de mettre un terme dans l'honneur à cette caricature de mandature dite "Autrement ".


JOUNENT Michel, conseiller municipal témoin impuissant du naufrage de notre commune.

mardi 19 février 2013

sur l'écran blanc... 19//02/2013


DES CHIFFRES, DES RECETTES
et la petite histoire!!!






Le cinéma "Arletty", la réalisation phare de cette mandature est en fonctionnement depuis 16 mois; c'est suffisant pour se faire quelques idées sur ce lourd investissement et sur la gestion de cette salle communale.
J'ai cherché longtemps qui avait baptisé ce cinéma du nom de la splendide actrice "Arletty" et néanmoins reconnue pour avoir pactiser à l'horizontale avec l'occupant dans les années 40.
En 1994, la société Glozel de Rennes a acheté à la ville le fonds de commerce du cinéma, cinéma en panne de clients.
Le représentant de cette société, M Pierrick Goter a proposé à M Hery, maire à l'époque de Saint Quay Portrieux, après des travaux et des investissements de modernisation de la salle, de lui changer son nom, pour en quelque sorte redonner un second souffle au cinéma .
Jusque là, le cinéma s'appelait "Le théâtre".
M Goter a fait six propositions de noms à M Héry:
Arletty, Chaplin, Romy Schneider, Simone Signoret, James Dean et Jacques Tati.
Le maire a choisi "Arletty" , son décès remontait à 1992, cela explique peut être ce choix.
La réouverture du cinéma sous son nouveau nom de baptême a eu lieu le 1er juillet 1994; le film projeté était la magnifique réalisation de Patrice Chéreau "La reine Margot" avec Adjani , Auteuil et la sublime actrice Dominique Blanc.
La société Glozel est tombée en désuétude faute de client , elle n'a pas su ou voulu inscrire le cinéma dans les contraintes sécuritaires imposées aux salles recevant du public et elle a dû, suite à une visite de la commission de sécurité, fermer son activité.
En 2005, la municipalité achète le fonds de commerce du cinéma lui appartenant et entreprend un début d'études pour sa réouverture.
A partir de 2008, M Blanc fait du cinéma sa danseuse à qui il ne refuse rien et en particulier une première étude de restructuration complètement loufoque que l'autorité en responsabilité des monuments classés lui refuse immédiatement.
Il est fort pour jeter de l'argent public par la fenêtre notre premier magistrat.
Nous avons un beau cinéma, c'est indéniable ; il reste à l'inscrire dans la durée et là c'est plus compliqué.
En 2011 , le maire a choisi un quinocéen pour mettre en route ce bel instrument de divertissement tout public.
Ce même quinocéen, au soir du 31 décembre 2011, a décidé de poursuivre son activité de directeur par l'intermédiaire de sa société quinocéenne "QuayWaves".
Régisseur du cinéma en tant que contractuel de la commune, il a gardé cette responsabilité en tant que personne morale; curieuse anomalie, il est resté directeur de la salle jusqu'au 23 mai dans le cadre d'un marché de gré à gré avec le maire, marché inconnu des membres du conseil municipal, nouvelle singularité.
Le 18 mai, ce même directeur, à la suite d'une décision du TA de Rennes , a perdu la possibilité de gagner la passation de marché visant à mettre en place un délégataire de service public.
Pendant la gestion du cinéma par QuayWaves, le directeur présentait des factures dont le montant permettait aussi de rétribuer le personnel à son service.
Et quand je viens à parler de chiffres, ,je continue à m'étonner des factures de QuayWaves, acceptées par le conseil municipal d'alors.
janvier 2012: pour 1213 spectateurs sur 39 séances (moyenne de 34 spectateurs par séance), pour une recette de 6238.50 €, une facture de 4 724.20 € TTC.
février 2012: pour 2740 spectateurs sur 67 séances (moyenne de 40 spectateurs par séances ), pour une recette de 15 327.00 €, une facture de 7 893.60 € TTC.
mars 2012:pour 1 377 spectateurs sur 36 séances ( moyenne de 38 spectateurs par séance ), pour une recette de 7 082.00 €, une facture de 5 202.60 € TTC.
Pour ce premier trimestre 2012, pour 5330 spectateurs, la ville a réglé 17820.40 € TTC à QuayWaves pour une recette de 28847.50 €.
Pour le mois d'avril et mai 2012, pour 4893 spectateurs, la ville a réglé 19 680 € TTC à QuayWaves pour une recette de 27 029.50 €.
Chacun imagine à travers ces exemples que l'on n'est pas parti pour un équilibre rapide entre dépenses et recettes.
Amortissement des investissements, chauffage , électricité, assurances, distributeurs de films, taxes en tout genre, etc... grèvent lourdement le coût du fonctionnement de notre salle communale.
Il est grand temps qu'au sein du conseil municipal, une commission de suivie sur l'activité du cinéma, sur le nombre de séances, sur les horaires, sur la place de la retransmission de spectacles lyriques ( musiques et ballets) prenne corps et aide à mettre en place un cinéclub populaire ouvert à tous, voire un festival avec un thème original.
Les chiffres de fréquentation* du cinéma sont connus, une fois la curiosité de son ouverture passée et sans doute à cause de la conjoncture économique, la fréquentation baisse sensiblement:
en janvier 2012: 1213 spectateurs .
en janvier 2013: 929 spectateurs.
Enfin sur la programmation, il est clair pour moi que le cinéma "Arletty" est et est devenu un lieu agréable pour se divertir.
Cela n'amène pas grand chose à l'économie locale et c'est surtout bien pour les habitants des villes voisines .
Mais de grâce, que l'on arrête de parler de Kulture en parlant de cette belle salle de projection, la culture, c'est autre chose ....


JOUNENT Michel, élu passionné par le cinéma.


* d'octobre 2011 au 31 janvier 2013 , le cinéma a reçu 33 768 spectateurs pour un nombre de séances difficile à établir en l'état actuel.

Commentaire de Dunis Gilles:
Bravo, belle gabegie,profitons en, mis à part M.Jounent pas grand monde pour montrer le petit doigt....En cette période de disette (et ce n'est qu'un début..) j'aurais eu honte de toucher un pareil salaire, c'est indécent. Et je connais quelqu'un tapi dans l'ombre qui espère une hypothétique élection pour nous ressortir le fantôme si cher payé...heureusement, c'est loin d'être gagné.
P.S. quelle bonne actrice cette Dominique Blanc,un air de famille???
Commentaire de Cassandre:
Et oui, au risque de me répéter, moi aussi, pour suivre l'activité cinéma de la ville, il faut des gens non seulement compétents mais aussi dévoués et désintéressés, attachés à la diffusion de cette culture populaire qu'est le cinéma ... Pas de ceux qui se servent d'un bien public avec en vue des objectifs par trop personnels : être grand vizir à la place de l'actuel , s'en mettre de côté un peu plus que le salaire du travail ne le mérite , jouer les grenouilles qui veulent être comme le bœuf ...
Oui, il faut intéresser les communes environnantes à l'activité cinéma, créer des activités thématiques ouvertes à tous, pourquoi pas un festival en utilisant les autres ressources de St. Quay-Portrieux ...

lundi 18 février 2013

2014... les municipales 18/02/2013

DANS TREIZE MOIS ,
les urnes quinocéennes rendront leur verdict..

Les prochaines élections municipales sont annoncées pour les 9 et 16 mars 2014.
Pour l'instant et dans le cadre des informations connues, ce scrutin se fera par liste entière et sans possibilité de panachage, les élus seront désignés à la proportionnelle.
Compte tenu de l'ambiance générale qui parcourt notre bonne ville , il est quasiment certain qu'au sein de la municipalité qui élira plus tard le maire, une opposition structurée ou pas, se fera jour.
RESTE LA GRANDE QUESTION ???
Qui sera le prochain maire pour assurer la mandature 2014/2020, Monsieur ou Madame X ???
Ou bien, et dans notre ville le pire n'étant jamais à exclure , la reconduction du faiseur d'illusion: D.BLANC.
Au secours...cette hypothèse est loin d'être une vue d'esprit!!!
Car il est fortiche notre spécialiste de l'embrouille en tout genre.
En attendant et sans crainte de surdose, trois sites sont à consulter pour vérifier l'état des finances locales avant de fréquenter l'isoloir.
www.contribuables.org/argus-des-communes
www.colloc.bercy.gouv.fr

sur ce dernier  site,il faut  procéder de la manière suivante:
cliquez sur les finances locales , ensuite sur les comptes des collectivités, puis sur les communes  2000/2011 et choisir la commune de SQP.
C'est le site le  plus  précis et sérieux des trois !!!
JOUNENT Michel

Commentaire: de Dunis gilles, fait chevalier de  l'Ordre national du mérite par le Président François Mitterrand en Janvier  1995.
ZERO pointé.....faut il pleurer faut il en rire je n ai pas le coeur à le dire, nous avons un zéro pointé...Quinocéen,réveille toi et regarde la réalité en face,nous nous préparons à des lendemains qui déchantent, faute pour certains d'avoir manqué de courage.......

samedi 16 février 2013

ailes marines 16/02/2013


TOUJOURS PLUS D'INFORMATION
sur les éoliennes marines.



Le consortium "Ailes marines SAS " est retenu pour la construction d'un parc éolien en baie de Saint Brieuc.
Il met à son tour en ligne un site dédié à informer les  populations sur cette  colossale  réalisation.
Ce site n'est pas à confondre avec celui déjà existant de la commission du débat public.


JOUNENT Michel

vendredi 15 février 2013

la fin des haricots !!! 15/02/2013








C'ÉTAIT AVANT!!!



On apprenait par, voie de presse, que l'aménagement du port d'Armor redémarrait .
C'était autour du 2 novembre 2012.
On expliquait que sous l'impulsion de la SEE Budet, la construction d'un immeuble tourné vers les activités maritimes allait débuter vers la fin novembre 2012.
Cette construction se faisait dans le cadre d'un partenariat "fort" entre le syndicat mixte de gestion du port, la ville de Saint Quay Portrieux et le Conseil Général.
L'idée maîtresse de cette construction était véritablement d'apporter des services complémentaires tournés vers la mer ( professionnel ou grand public ).
Cela aussi signifiait un investissement de 3,1 millions d'euros par l'entreprise SEE Budet, l'une des sociétés qui avait participé en 1990 à construire le port en eau profonde.
Il était prévu dans cette construction le déplacement des Comptoirs de la mer sur une surface 3 fois plus élevée qu'auparavant, d'un espace d'avitaillement ouvert aux pécheurs et au grand public, des bureaux à l'étage avec pour prochains locataires le "Cobrenord" et le comité des pêches départemental ainsi que des salles de réunions.
Depuis vingt ans les procédures d'aménagement des terre-pleins sont restées lettres mortes, aussi la possibilité de repartir sur de nouvelles bases pour installer des activités complémentaires était des plus logiques.
Derrière ce premier complexe et dans la perspective de voir attribuer la construction de la base de maintenance des éoliennes marines se profilait la construction d'un hôtel.

capture de  photo "du journal des entreprises".
                    Président de  la copérative  maritime.
                                                                                             G.Brezellec-  Loic Raoult et Pierre Budet de  la SEE Budet. 
Suite à la pétition "é-cléré-e" des commerçants du Portrieux hostile à la venue d'une superette, la situation s'est sérieusement compliquée.
Cette pétition rassemblant les noms d'une quinzaine de commerces est plus ou moins le fruit d'une nouvelle manipulation du maire.
Devant cette conjugaison de mauvaise foi et de conservatisme de tout poil, Pierre Budet et sa société ont décidé de remettre aux calendes grecques le début!!! des travaux.
Ces projets du côté des terre-pleins avaient pour but essentiel de rattraper le temps perdu.
Espérons que cette décision ne soit que passagère et que le projet ne soit pas totalement abandonné.
Une nouvelle fois une occasion exceptionnelle pour lutter contre le déclin est sabordée .
Merci, Monsieur le manipulateur d'une partie du conseil municipal, encore une manoeuvre comme celle ci, et la commune sera classée définitivement comme sinistrée.

JOUNENT Michel, élu par le suffrage universel.

Commentaire de Malo Jaouen:
Trop fort notre bon maire. Je propose d'inscrire à l'ordre du jour du prochain conseil la proposition de baptême de l'esplanade du port en "place D. Blanc". En voyant l'état de ce lieu, les Quinocéens se rappèleront de ce qu'a apporté ce maire à leur ville: la régression.
Quelle gabegie et quelle tristesse alors que le projet était finalisé et qu'il apportait enfin un plus sur le port. Bravo aux commerçants qui n'ont pas vu venir le piège tendu par DB. Et oui, ce monsieur n'a pas d'honneur et il n'accepte pas d'avoir tort. C'est toujours la faute des autres.
Allez, courage, un an à tirer et après on oublie ces 5 ans calamiteux !

jeudi 14 février 2013

un Janus de plus ... 14/02/2013



BAS LES MASQUES !!!




L'association Ciné St Ké n'est pas seulement un partenaire de la commune de Saint Quay Portrieux, elle est aussi le foyer de contestation radicale des élus qui font la majorité au sein du conseil municipal.
Avant hier, elle s'est opposée en faisant signer une pétition pour la mise en place d'une Délégation de Service Publique pour la gestion du cinéma.
Ne faisant pas dans la nuance, en ne connaissant pas grand chose à la réalité économique de cette restructuration (investissement et fonctionnement ), elle a distillé dans la population, par un slogan racoleur et en faisant signer une pétition , l'idée " ne changeons pas une formule qui gagne".
Hier , le Tribunal administratif de Rennes a mis le holà quand à la manière de recruter un délégataire pour gérer le cinéma.
En effet , le directeur en place ( la société Quaywaves ), au moment de l'appel à candidature, a bénéficié d'informations économiques précises; les autres candidats, en revanche, sont restés dans le flou en ne bénéficiant d'aucun élément comptable et rien sur les statistiques de fréquentation durant les 6 premiers mois d'activité du cinéma.
Le TA de Rennes, devant cette déloyauté, a tranché en annulant le choix du maire et par là- même a remis en route un nouvel appel à une Délégation de Service Publique .
Le TA de Rennes a condamné en plus la mairie à une amende.
Ciné St Ké , son président en tête , le maire, l'ex adjointe aux sports et à la culture ont tordu le cou à cette décision de justice en criant et faisant crier lors d'une pitoyable manifestation "honte aux élus" de la majorité ... du jamais vu à Saint Quay.
En quoi les élus de la majorité étaient-ils responsables de cette décision de justice, Monsieur Bergaud ???
Aujourd'hui, à l'approche de la re-discussion de la convention liant la municipalité à l'association, à l'approche de l'octroi d'une subvention de fonctionnement à l'association, le président de Ciné St Ké , le sieur Bergaud est vent debout.
Il se voit déjà la victime d'une chasse aux sorcières.
Rassurez-vous, Monsieur le bon apôtre du ciné , Monsieur le porte parole de la culture, le sénateur Mac Carty est bien mort et je me contenterai seulement de porter mes remarques sur votre collusion avec le maire.
A un point tel qu'en septembre 2012, en vous présentant à l'élection complémentaire, vous avez osé envisager d'être la roue de secours de cet antidémocrate.
Avec ses cinq collègues, il continue, au delà de tout, à défier la majorité du conseil.
Sur ce sujet , la démocratie, vous semblez bien hésitant; c'est vrai qu'il ne faut pas être trop sévère avec celui qui vous a installé sur les fonds baptismaux de ce beau et coûteux cinéma et qui vous permet aujourd'hui de paraître comme un quinocéen cinéphile serein, placide et pacifique .
C'est vrai qu'après cette mandature ridicule, incohérente, traversée par des vents contraires, trop souvent montrée du doigt par nos voisins éberlués, les appétits s'aiguisent et il tarde pour certains à se projeter dans le futur.
Dans un an, les élections municipales avec deux questions ??? Quelle équipe pour remplacer les "carbonisés" de la liste "Autrement" ou quelle équipe pour épauler Dominique Blanc à faire un second tour de piste.
M Bergaud, Président de Ciné St Ké, par sa signature au bas de la fameuse convention établie avec la municipalité, se devait d'établir un partenariat pour développer une activité cinématographique sur Saint Quay Portrieux.
Cela ne semble pas être le cas et les documents prouvant le contraire n'ayant pas été communiqués aux élus, l'activité liée à l'ouverture de la salle "Arletty ne freine pas le déclin de notre ville.
Nous avons un beau joujou au centre ville, il restera pour longtemps le résultat d'un choix mégalomaniaque d'un maire qui s'est bien amusé avec l'argent public.


JOUNENT Michel, élu appelant à une commission d'enquête pour évaluer l'intervention de l'association subventionnée Ciné St Ké dans l'accompagnement de certains films, dans son aide à la programmation, dans la mise à disposition de bénévoles, dans la tenue de réunions trimestrielles entre le gestionnaire , le CA de Ciné St Ké et des membres de la municipalité et pour la suite, il suffit de lire la convention.


PS: Quant aux commentaires de la personne apparaissant sous le pseudo "Cassandre " sur mon blog, sachez, M Bergaud: premièrement, qu'elle n'est pas anonyme pour  moi  et, deuxièmement, qu'elle ne veut pas perdre son temps avec un suppôt ou un supporter du sieur Blanc.

Commentaire de Gilles Dunis:
Au risque de me répéter,je trouve inadmissible qu'un petit groupe de pseudos cinephiles bénéficie gracieusement d'installation publique,et de plus a le toupet de venir quemander une subvention. Je vote zéro centime pour l'équipe Bergaud, et à la place je refais à neuf la rue de Dol.....
Commentaire de Cassandre:
A lire ce que Mr Bergaud dit de moi, je préfère rester dans le maquis ...

au bon beurre 14/02/2013


Le beurre et l’argent du beurre ???








Je trouve pour le moins surprenant que le président de Ciné Saint Quay , fortement engagé dans la vie politique locale en prenant ouvertement parti contre la majorité des élus , présente sans pudeur une demande de subvention à ces mêmes élus .
De deux choses l’une
- ou les élus retoquent cette demande et on leur reprochera de « brimer » cette association
- ou ils satisfont à tout ou partie de cette demande et ils encouragent ce mélange des genres inacceptable
Il n’y a pas si longtemps , pour ne pas mettre mon association en porte à faux , j’avais quitté un poste de responsabilité C’est ce que l’on appelle de la déontologie
Je crois que si je ne l’avais pas fait, mon Conseil d’ Administration me l’aurait demandé …


 MORICE Bernard ,Conseiller municipal.

mardi 12 février 2013

sans espoir 13/02/2013



« White is white ……






On avait espéré un apaisement dans les relations entre notre lider minimo et la majorité du conseil municipal
Le semblant d’ouverture au dialogue avec la tardive réunion de quelques commissions aurait pu nous le faire penser ..
Hélas la guérilla a été relancée par le maire sur son blog :
- en accusant le Conseil (qui a rejeté le projet de tourne à gauche de la Ville Mario) de   « rejeter la sécurité » alors que nous préconisons un rond –point plus sécuritaire , équipement qu’il y a quelques années le Maire avait lui-même qualifié d’           « incontournable » .
Nous ne voulons pas d’ un dispositif inadapté , le rond-point raté du Gerbot d’Avoine suffit
- en présentant de façon tendancieuse la réunion de la Commission Culture , réunion qui n’est pas – je le rappelle- publique .
Mais puisque notre premier magistrat s’insurge devant la vigueur des réactions de certains , je signale qu’il a fallu fortement insister pour que ce soit le Maire lui même qui présente les dossiers de subventions (alors qu’il voulait faire faire ce travail par un fonctionnaire municipal).
 Et on comprend pourquoi : il n’avait pas lu les dossiers !!!!
- en favorisant une fronde des commercants du Portrieux contre les aménagements du nouveau port alors que ce projet a été initié en liaison avec la Mairie et alors qu’il a lui même signé le permis de construire ..
Décidemment…
                                                      iI n’y a plus -guère d’espoir »

MORICE Bernard, conseiller  municipal.

lundi 11 février 2013

soif de savoir 11/02/2013




LE DÉBAT PUBLIC
sur le parc éolien en baie de Saint-Brieuc...



La commission particulière du débat public organise 10 réunions publiques pour informer et débattre avec la population sur toutes le conséquences de la construction d'un champ d'éoliennes marines.
Ces 10 réunions se tiendront dans sept villes (Saint-Brieuc (3 fois), Matignon, Saint-Quay-Portrieux, Erquy, Paimpol, Binic, Langueux et Pléneuf-Val-André du 28 mars 2013 au 23 juillet 2013.
En ce qui concerne notre ville, candidate à la construction de la base de maintenance, la réunion portera sur l'ensemble des sujets; elle se tiendra le 25 avril 2013 au Centre des Congrès, 10 Bd du Général De gaulle à partir de 19 H.
Ces débats porteront sur l'environnement, le paysage, l'exploitation, la maintenance, la sécurité, l'espace, les impacts sur les utilisateurs de la mer, la filière industrielle et les retombées économiques , l'énergie et l'atterrage des câbles RTE, etc.
Que tous les quinocéens intéressés, passionnés ou hostiles à ce grandiose chantier préparent leurs questions pour cette réunion et surtout viennent nombreux au Centre des Congrès ce 25 avril.


JOUNENT Michel , élu qui se pose encore la question suite à ses trop grandes absences, à savoir quand reverrai-je ???
le grand timonier qui dirige, enfin essaie, notre municipalité ???

Les points sur les I avec  le commentaire de Benoît Giquel...
Madame La Comtesse ou devrais je dire Monsieur Le Comte ?? A part lire les blogs votre maire ne fait RIEN.. En ce qui concerne votre projet de maintenance éolienne(qui est à mon sens un bon projet) sachez que votre maire a été reçu par un "jury" le 30 janvier, heureusement qu'il était accompagné, parce que cela tournait à la catastrophe pour votre ville: arrivé avec 5 bonnes minutes de retard (on croit rêver) votre maire s'est contenté de montrer ses magnifiques chaussettes (belles couleurs) et son intervention s'est limitée à 3mn (chrono) sur 3 heures!! sachez que mes infos ne sont pas des "bruits qui courent" par ma fonction, je connais TOUS les dossiers des candidats, votre ville a un handicap: c'est votre maire, qui n'aucun relais dans notre département, et surtout des élus qui trouvent son comportement pitoyable, ce n'est pas son dernier commentaire (sur son blog) qui va ré-hausser son image....consternant

dimanche 10 février 2013

zéro sur vingt 10/02/2013

"ZÉRO DE CONDUITE"
pour la manière
de mener les affaires municipales !!!

Telle est la sanction sans appel que porte une espèce d'agence de notation sur l'état de nos finances publiques.
Cette "agence"est l'association "les contribuables associés" qui, depuis vingt ans, se bat pour faire connaître l'état des dépenses des communes et le niveau de leur santé financière.
Cet argus des communes dresse aussi un palmarès des communes entre elles au sein du département des Côtes d'Armor , celles qui dépensent le plus et celles qui économisent le mieux.
Le diagnostic réalisé n'est certainement pas des plus parfait mais, hélas, il reflète à coup sûr la gestion à la petite semaine de notre intermittent de la gestion communale, le très contesté premier magistrat, M Dominique Blanc.
Sur les dépenses et en considérant une population en 2011 de 3298 habitants , on découvre des données surprenantes
1. dépenses totales par habitant : 2728 €, moyenne pour des villes similaires 1173 €.
2. dépenses de fonctionnement par habitant: 1456 € pour une moyenne ailleurs de 726 €.
3. dépenses de personnel par habitant :754 € pour une moyenne de 322 € chez des villes ressemblantes.
Sur les prélèvements, la fiscalité locale ne concerne qu'une partie des ressources communales.
1. par habitant l'association des contribuables avance la somme de 672 € pour une moyenne entre les villes similaires de 373 € et depuis 2008 la tendance est à la hausse.
L'évolution du taux des taxes votées par le conseil municipal est stable depuis 2008.
La dette représente le remboursement des emprunts anciens et nouveaux.
1. la dette représente la somme de 1434 € par habitant pour une moyenne de 744 € pour les villes de même importance.
2. le coût de cette dette est de 129 € par habitant contre 99 € pour les communes semblables.
3. la tendance depuis 2008 est à la baisse.
Sur la santé financière de la commune , la fameuse "agence de notation " ne fait pas dans l'indulgence, elle distribue généreusement un 4 sur 20.
Mais, au final, notre maire, M Blanc, le spécialiste des dossiers difficiles et ardus, se voit gratifier d'un 0 sur 20 avec cette remarque désagréable de se voir taxer de "maire dépensier".
Le maire gère seul la commune, c'est connu; il s'appuie pendant ses trop longues absences sur son sixième Directeur Général des Services , c'est archi connu aussi, toutes ces mauvaises notes sont à mettre à son seul actif.
Il est bizarre notre premier magistrat; le 19 décembre 2012, il refuse la demande légitime et légale de la majorité du conseil lui demandant le vote du budget primitif 2013, chapitre par chapitre et éventuellement article par article pour certains chapitres.
Ce 19 décembre 2012 , il déclanche par son refus un scandale en clôturant d'une façon pas très honorable le conseil municipal.
Depuis quelques jours , le maire nous apprend que ce budget primitif 2013 sera discuté le 28 mars 2013 dans les conditions demandées en 2012 par la majorité des élus.
Devant un tel revirement , on attend, nous les élus et j'imagine les quinocéens, des explications claires du maire et des excuses pour avoir jeter le bazar lors du conseil municipal du 19 décembre 2012.
Il est grand temps que le maire applique les textes régissant les collectivités territoriales et cesse de les interpréter à son seul avantage pour demeurer "contre vents et marées" seul contre tous jusqu'à la fin du mandat.


JOUNENT Michel, conseiller municipal de plus en plus outré par la désinvolture de M Blanc, face aux affaires communales.