Pages

vendredi 21 novembre 2014

pour 300 000 € 21/11/2014

A MALIN, MALIN ET DEMI POUR 300 000 €…
Après  l'achat* par la Communauté Sudgoélo  sur la commune de Tréveneuc d'un ensemble commercial situé sur  un terrain de  5 810 m² appelé "Le coin des  malins ", qui, 20 mois après cette acquisition, peut revendiquer le titre de malin  dans cette transaction???
A la  limite de  la  ZA de Kertugal , cet espace commercial comprend: 
  • un sous sol de  240 m² avec des sanitaires.
  • un rez de chaussée  sur environ 840 m².
  • un 1er  étage  sur  240 m² comprenant deux studios et un grand appartement.
  • Le tout (terrain et bâtiment ) acheté  pour la somme de 300 000 €.
Cette acquisition s'est déroulée dans  la  perspective  de voir s'y installer  du personnel de  la Marine Nationale.
Cela ne s'est pas  réalisé; dans  tous  les  ministères,  on gratte  les fonds de tiroir.
Le résultat, tout le  monde le constate:  un achat qui ne rapporte  rien , qui ne sert  à rien  et qui se dégrade; il suffit, en passant devant,  de voir les tags qui recouvrent le bâtiment et de découvrir les dégâts sur la  partie couverte à l'arrière.

Les élus  communautaires ont pensé dans  un second temps installer et restructurer  dans cet espace le siège de la Communauté Sudgoélo.
Maintenant que la fusion de  plusieurs Communautés de Communes (Sudgoélo+Lanvollon+ Plouha ) est à l'ordre du jour,  il serait bien original d'avoir un tel projet.
Un usage de ce bâtiment est prévu pour les  mois à venir jusqu'à l'été 2015, celui de le  prêter à titre gracieux à l'acteur-réalisateur Nicolas Guillou pour qu'il puisse  y  filmer les scènes intérieures de son film basé sur l'activité "du réseau Shelburn"  pendant la seconde guerre  mondiale.
Ce film est difficile à monter , son financement est particulièrement ardu et il n'est pas interdit de rappeler  que  l'ex maire  D.Blanc avait refusé de subventionner  1000 € l'association plouhatine "les mémoires de  l'histoire ", association représentant l'âme du projet du film.
En contrepartie du prêt du bâtiment, le Sudgoélo, dans le cadre d'une convention, demande à l'association célébrant par l'image  "le réseau Shelburn" , d'ouvrir  le tournage aux habitants et scolaires  de la région.
C'est une  bonne  initiative , toute  pédagogie qui conduit à rappeler  l'héroïsme des anciens est une bonne chose; dans cette période économique difficile, l'aide matérielle apportée par le Sudgoélo est louable et elle est la bienvenue pour mener à terme la réalisation de ce film.
Quant à l'idée de transformer durablement ce bâtiment en studio  avec décors pour tourner des films et se servir des  logements  pour accueillir des acteurs,  venant du maire de Saint Quay T. Simelière, me semble relever de  la  plus grande fantaisie.
D’où viendra l'argent pour entreprendre une telle entreprise  dans  une Communauté de    15 000 habitants pour l'instant et qui demain concernera  30 000 habitants  avec des dirigeants dont nous ne connaissons pas  l'identité et leurs choix politiques  à venir.
Pour mémoire,  les  plateaux de tournage ont au minimum besoin de  200 à 800 m² et une Communauté  de communes n'a  pas vocation à gérer ce genre de complexe.
En définitif, la dépense de  300 000 € me  paraît avoir été des  plus  hasardeuses  et il  est bien temps que l'on ressorte par le haut de cette affaire en joignant   ce bâtiment et le terrain sur lequel il est construit à la ZA mitoyenne  de Kertugal.
Et  surtout que  l'on surveille  de  près  à ce que  ce bâtiment ne soit pas pillé, vandalisé, tagué  voir squatté et qu'enfin au Sudgoélo, une personne compétente soit nommée pour trouver des  entreprises  faisant le choix de s'installer sur la ZA de Kertugal.  

JOUNENT Michel .

*Acquisition de bâtiments sur la commune de Tréveneuc:
Délibération  du Conseil  de la Communauté Sudgoélo  N°2013-04 -039 en date du  18 avril 2013

jeudi 20 novembre 2014

pour un atelier sur la ZA de kertugal 20/11/2014

C' EST A DÉSESPÉRER!!!

Combien faudra t-il attendre encore de  mois  pour  voir se réaliser  un atelier de  nettoyage des creux de coquilles Saint Jacques.
Sur la ZA de Kertugal restée trop longtemps en friche, il se dit que les centaines de tonnes de creux de coquilles destinées au conditionnement de produits surgelés pourraient éviter un voyage en Chine pour être débarrassées des restes du décorticage  produit dans  l'usine Celtamor.
Le  projet de réaliser sur  place le nettoyage de ces creux  de coquilles tient la route; il permettrait  une embauche locale de huit personnes dont la  moitié  pour des personnes handicapées.
Le  lieu de travail est tout trouvé , il est actuellement libre; il s'agit d'un atelier relais inoccupé sur la ZA de Kertugal  et, derrière cet atelier, une zone  importante pourrait accueillir les super bag contenant les coquilles.
Des coquilles à nettoyer , un stock en attente derrière la digue du nouveau port, un usage,  une fois  propre, tout trouvé pour valoriser  un produit surgelé, l'urgence à débarrasser le  lieu de stockage  considérant qu'une  nouvelle saison de pêche arrive, cela devrait conduire les élus de la Communauté de Communes responsables de  la gestion de ZA de Kertugal  à se secouer " les  puces ".
Si un tel problème  ne trouve pas une solution rapide, il y a  plus d'un an que  ce  projet est dans  les tuyaux, ce serait vraiment à désespérer  de tout .
A moins que  l'on ne préfère  à nouveau  les aller et retour vers la Chine en fermant les yeux  et en  se pinçant le nez sur cette main d'œuvre chinoise  surexploitée .

JOUNENT Michel, Quinocéen abasourdi par la passivité et la lenteur   des décideurs  locaux  à prendre des décisions  et  à régler des  problèmes simples. 

PS: en attendant l'ouverture de l'atelier, les coquilles sont nettoyées à Concarneau (350 Km AR)... pour un coût passablement  élevé.   

Commentaire de Bruhat Bernard;
Vous avez raison de souligner le manque de réactivité et l'attentisme des élus français dans tous les domaines.
Notre pays est en retard sur tout à cause de la passivité, de l'incompétence, de la lâcheté, de l' hypocrisie, de la paresse, du clientélisme, etc...
Quand on voit le temps mis pour élaborer une loi, la voter, et la signature des décrets d'application, on se demande si on ne marche pas sur la tête et si on n'a pas conscience que le retard pris ne se rattrape jamais dans la concurrence internationale.
Faudra t'il attendre l'élection de politiques plus "musclés" et beaucoup moins démocrates ? On l'aura bien cherché !... 
Sur le sujet évoqué, comment expliquer l'inexplicable absence de décision sur un sujet aussi simple ? 

lundi 17 novembre 2014

budget 2015... budget douloureux 17/11/2014

CAFÉ-CITOYEN ou plutôt "CAFÉ DU COMMERCE"...

Ces rencontres avec le maire, dans différents cafés de  la commune, sont devenus à l'évidence des lieux conviviaux  où l'on discute  de tout et de rien , de politique  et de  grandes  idées.
Mais comme  l'indique  l'encyclopédiste Pierre Larousse en donnant  la définition de "Café du commerce" , il n'en ressort  rien de  positif des  propos échangés.
Cette troisième invitation a survolé les soucis quotidiens  que rencontrent des  Quinocéens en demande d'écoute et surtout d'assistanat.
Problèmes de voisinage , problèmes de  propreté des rues , déjections  canines , divagations des chiens sur les  plages  malgré  les  panneaux d'interdiction, vitesse excessive de trop de   véhicules, pétarades des  mobylettes et autres scooters, incivilités et vandalisme, éclairage public trop intense  pour certains, pas assez  pour d'autres et puis  l'éternelle demande de réviser  le  plan communal  de circulation sans  oublier le stationnement intempestif de véhicules responsables de tant de gêne pour les mamans avec  leurs  poussettes et pour les handicapés se déplaçant avec leurs fauteuils roulant.
                                                 stationnement irresponsable sur le trottoir, piétons en danger.
Il n'y a rien de nouveau sous  le ciel Quinocéen , déjà  que ce  n'est pas simple d'accorder les Quinocéens entre eux, cela devient très compliqué quand  on creuse  certains  sujets.
Exemples: 
  • la rue du Maréchal Joffre et sa circulation difficile, tout le  monde  veut sa  mise en sens unique  mais  personne n'est d'accord sur le choix du sens  à  retenir.  
  • Sur la  propreté des trottoirs , tout le  monde les trouve salis par la présence de plantes et d'herbes sauvages, tout le  monde réclame  l'intervention  des services communaux  alors que  le  plus simple serait, pour régler cette  pollution visuelle,  que chaque riverain nettoie  le bout de trottoir face  à sa demeure.
  • la limitation de la  vitesse des voitures en ville revient aux autorités  municipales et il ne faut pas des mois  pour dominer ce sujet , il suffit seulement de  reconsidérer  l'activité de  la  police  municipale; c'est d'ailleurs à cette  même police municipale  de  juguler  le problème  des deux roues  trop bruyants;  le temps  n'est plus à la prévention,  il faut sévir en dressant des contraventions. 
  • le  problème des déjections canines , vaste sujet  qui ne connaîtra  sa fin  que par le civisme des  propriétaires de nos amis à quatre pattes, depuis des  lustres,  les  municipalités ont mené des campagnes  sans beaucoup de résultat; là aussi il faut arrêter  l'angélisme, le civisme  ne  viendra  qu'au  prix de la verbalisation des impétrants  propriétaires de chiens.
Tous  les sujets abordés au café citoyen n'ont rien de nouveau, on les évoque au début de chaque mandature, le maire en général met en  place des commissions  qui établissent à leur tour  des dossiers qui rejoignent  immanquablement les étagères supérieures des archives  municipales.
Les  problèmes soulevés autour d'un café sont bien réels et les semaines à venir nous diront si ce genre de rencontres avec  le maire  montrent  son efficacité  pour régler ces  problèmes avant tout individuels.
Ces fameuses rencontres  citoyennes ressemblent à ce que faisait le  maire  précédent en  ouvrant le  micro en fin de séance aux auditeurs des conseils  municipaux, à la différence que  les  personnalités des  maires  sont radicalement opposées.
Au ton cassant et autoritaire, le  nouveau maire   montre  une  jovialité et une bonhomie que  l'on ne  percevait pas du tout  chez le maire sortant.
En définitive, M Simelière, une fois les questions ordinaires  posées, en  profite pour faire  passer un certain nombre  de  messages sur l'état des  lieux trouvé  et sur ses  objectifs à venir.
Oubliant l'usage de la  langue de bois, il n'est pas tendre avec  son prédécesseur lorsqu'il explique  les  motifs de  l'emprunt de  3 millions d' €uros; c'est  pour faire face au coût des travaux   lancés et réalisés d'une  manière  démagogique en toute fin de  mandat,  explique t-il.
Il  distille aussi  que  les temps à venir  ne seront pas  simples  pour les finances  locales, baisse de  la DGF, incertitudes sur le  montant des  prélèvements  sur les jeux du casino, volonté de faire faire des économies  en fonctionnement, constructions promises maintenant   revues  à la baisse  comme  par exemple l'abandon  du terrain de foot en  matériel synthétique .
L'établissement du budget  primitif  2015* en dira  plus sur  réalité  auxquelles toutes  les communes doivent s'attendre... se serrer la ceinture avec  peut être en plus  la directive  gouvernementale de rembourser  avec  une certaine anticipation les emprunts contractés.
Autre nouvelle de taille, le  maire,  le Docteur Simelière,  a confirmé  "sa possible  candidature "  aux élections cantonales des  22 et  29 mars  2015.
Les choses se  précisent, notre maire  a de  l'ambition pour sa ville et pour la construction d'un nouveau territoire (l'agrandissement de la Communautaire de Communes  à celles de  Plouha et de  Lanvollon).
Le  prochain  "café-citoyen "se tiendra au mois de février 2015 ??? Une réunion publique était prévue à la rentrée 2014 pour exposer les grandes  lignes de  l'activité de la municipalité,  elle est reportée  à une date ultérieure ;encore  faut-il que  la  prochaine campagne des cantonales ne  mange pas trop  de temps au premier magistrat   et  ne pourrisse pas trop l'ambiance avec  l'élu sortant au sein de  la  Communauté de Communes "Sudgoélo."
Quant à l'avenir de ces rencontres chez les cafés-limonadiers Quinocéens, cela  me semble des  plus  incertains; on y a retrouvé dans  les trois premières réunions quelque soit les quartiers, les  mêmes têtes et les  mêmes sujets d'interrogations (chiens, mobylettes, lampadaires, saleté des rues et trottoirs, vitesse des véhicules et voisins agressifs )

JOUNENT Michel .

*Le  budget primitif est voté avant  le  1er janvier  de  l'année à laquelle  il s'applique; toutefois, la loi accorde  un délai supplémentaire jusqu'au 31 mars, date du 31 mars repoussée dans  3 cas notamment en l'année de renouvellement électoral,  jusqu'au 15 avril.

Commentaire de Bruhat Bernard:
Les mêmes têtes et les mêmes interrogations dans les 3 premières réunions de démocratie participative démontrent bien qu'il y a des problèmes latents non résolus depuis des lustres.
Le maire ayant tout pouvoir, aidé et soutenu par un conseil discipliné et homogène, doit pouvoir aisément prendre des décisions rapides sans avoir recours aux habituelles commissions qui n'aboutissent jamais et agir efficacement sur les gênes observées par les citoyens. 
Allez ! un peu de courage ! 

mercredi 12 novembre 2014

finances municipales 12/11/2014

DANS L'ATTENTE 
DU CHOC FISCAL...



Le maire,  par définition, est le premier responsable de toutes les décisions prises par les élus sur sa commune.
Le maire  signe chaque délibération  et chacune de ces dernières l'autorise à réaliser l'objet de la délibération  ainsi que  toutes les conséquences  s'y  rapportant.
Et surtout, le cas échéant,  il doit inscrire au budget en cours la dépense envisagée. 
En découvrant quelques  mois après sa prise de fonction, j'entends celle de Thierry Simelière,  que des travaux réalisés  et en cours n'étaient pas financés, notre nouveau maire a dû " tomber de  l'armoire".
D'autant que la somme  manquante est des  plus "rondelettes": 3 139 000 €.
Cette situation s'explique mal ou plutôt valide la gestion "à la  petite semaine" de M Blanc.
L'affrontement de M Blanc et sa coterie  minoritaire  avec l'opposition majoritaire passant de dix  à dix sept élus sur  23  ne  pouvait pas  produire autre chose.
Le code des collectivités territoriales  ne prévoit rien sur le sort d'un maire mis rapidement  et durablement en minorité au sein de son conseil, mais la morale et  l'éthique qui existent chez  le plus grand nombre des élus auraient dû conduire M Blanc à  passer la  main  pour le bien des Quinocéens.
Ne déplaise à ceux qui veulent tirer le rideau sur le  mandat de M Blanc en disant  "du passé faisons table rase", il faut faire  la  lumière sur ce maire qui a laissé une telle ardoise à son successeur. 
Le résultat immédiat est que  la nouvelle  municipalité commence son mandat par un emprunt de  3 000 000 € échelonné sur 15 années environ  et automatiquement elle doit  déjà   repenser  l'application de son programme sur lequel  elle a été élue.
Le niveau de  l'endettement par cet emprunt fera un bond en avant conséquent, d'après  les chiffres  officiels l'encours de  la dette est passé de  2.5 millions d' €uros en 2001 à 6.7 millions d' €uros en  2008 pour retomber à 5.9 millions en  2014 et rebondir pour 2015 à 8.5 millions d' €uros soit 3100 € par Quinocéen.
La Dotation Globale de Fonctionnement est prévue  sévèrement  à la baisse pour les années  à venir , le  maire parle d'une baisse de  400 000 € pour les trois années  à venir.
Le montants de la DGF en 2013 était de 1 294 000 € , on imagine assez  facilement  les conséquences de la baisse drastique  de la dotation de   l'Etat  sur  nos finances locales.
A cela s'ajoute  pour faire baisser  les  moyens financiers  de  la commune  le coût des nouveaux rythmes scolaires ( les TAP ). 
Les casinos connaissent d'une  manière générale une baisse de  leur activité; le nôtre, qui fournit une partie importante des recettes de  la commune, semble mieux résister à cette tendance  mais attention, sur les  1.3 millions que  nous recevons chaque année  du casino, autour de  300 000 € sont des taxes reversées par l'Etat.
L'Etat maintiendra t-il  le niveau  de cette réversion sur les  jeux à la ville ???
Vu l'état des finances du pays, rien de  moins sûr !!!
La Commune devra diminuer ses investissements,  du côté de  l'îlot Jeanne d'Arc cela semble acquis, elle ne préemptera pas pour  700 000 €  les bâtiments religieux. OUF!!! 
La Commune n'avait pas besoin  de ce nouvel emprunt, cette nouvelle charge financière à un moment où se  pose la remise  à niveau  du réseau d'assainissement  est des  plus  mal venue d'autant que  la  possibilité de réduire le niveau financier du fonctionnement  n'est pas des  plus aisé.
Ne  pas remplacer  les  personnels  partant en retraite ne touchera que  peu de  personne chaque année.
Un chapitre qui va connaître  des restrictions, c'est celui des subventions aux associations , il est grand temps que le  mouvement  associatif  développe son autonomie  en demandant moins à la commune et trouve en son sein les moyens de se substituer  au personnel  communal  qui a d'autres choses à faire que de les dorloter  et les  cocooner par le  montage  et l'installation systématique de  divers  matériels.
La construction du budget primitif 2015 ne sera pas un exercice facile;  il tiendra à l'évidence  plutôt de la  quadrature du cercle.
baisse des recettes, 
difficultés à réduire le niveau du fonctionnement. 
charges  nouvelles.  
report déjà  d'investissements. 
tenir l'engagement à ne pas augmenter les  impôts locaux. 
OUI , effectivement le Conseil Municipal devra fournir  un gros effort pour ne pas  que  ce budget 2015 portant sur une année  pleine  .... déçoive.

JOUNENT Michel.

Commentaire de Bruhat Bernard:
Je ne comprends pas cette histoire de somme manquante de 3.139.000 € pour payer des travaux effectués. Je ne pense pas que D. Blanc ait pu décider tout seul d'un tel montant d'investissement. Je n'ai jamais vu des travaux de cette importance non budgétés ou non financés et non votés par une majorité d'élus. Les décisions ont été prises par le conseil municipal qui, depuis 2012, était entre les mains de l'opposition au maire. Ces travaux ne peuvent, à mon avis, pas avoir été cachés ni aux élus du précédent conseil, ni aux nouveaux élus et ni au nouveau maire, car il semble que la passation de pouvoir en mars 2014 se soit fait dans de bonnes conditions. Et si ces travaux ont été bien effectués et recettés, il faut bien les régler avec la chance d'avoir en ce moment des taux particulièrement bas.
Pour la suite des investissements inscrits au budget 2015, il sera indispensable au conseil municipal de faire des choix judicieux et utiles en excluant les dépenses mégalomanes. 

L'exemple du précédent quinquennat devrait servir de leçon pour ce qu'il ne faut pas faire pour s'endetter afin que ce ne soit pas toujours le contribuable moyen qui paie. 

dimanche 9 novembre 2014

finances saines ??? 9/11/2014

LES CALEMBREDAINES DU MAIRE SORTANT...

Son blog, "le livre Blanc Quinocéen" ne cesse, en  le relisant, de  montrer la suffisance et l'arrogance de ce  personnage au petit pied.
En sortant par la petite  porte au lendemain de  l'élection  municipale  du printemps 2014 , il a eu l'outrecuidance d'écrire sur son blog, le 25 mars 2014 à l'adresse de son successeur:
" Je lui laisse  un bilan positif et des finances saines "
Finances  saines!!! C'est loin d'être sûr... Depuis  le  4 novembre, date du dernier Conseil Municipal, les Quinocéens savent que son successeur,  M Thierry Simelière, a dû  emprunter pour la commune 3 000 000 € pour  couvrir  la somme de 3 139 000 €  représentant le coût  des travaux achevés et en cours d'achèvement .
Il a fallu réintégrer le montant de ces travaux dans  le budget primitif  2014; ces derniers, manifestement, n'apparaissant pas dans  le compte administratif  2013.
3 000 000 € , même si les taux pour emprunter les deux parties de  cette somme sont très faibles, il est évident que cela va  "plomber" et remettre en cause les  projets prévus lors de  la  campagne des municipales  du docteur Simelière.
Surtout que dans  un même temps, les dotations de  l'Etat vont très sérieusement baisser.
Quant au bilan positif laissé par M Blanc , il faut mieux être aveugle et sourd  que d'entendre et de lire de pareilles balivernes.
En tant que premier magistrat, il porte l'entière responsabilité de tous les ratés de cette mandature(2008/14) et sans  la volonté farouche d'une majorité d'élus au service des Quinocéens, ces six années seraient restées pour l'Histoire de la ville sa plus  triste expérience.
Présent quelques  jours  par semaine sur Saint Quay , gérant la ville  par  téléphone depuis Paris, ramenant la vie démocratique du Conseil Municipal à un  tête à tête avec son Directeur général des services.... Que ce fut dur ce mandat !!! 
Comme si cela ne suffisait pas, enfermé dans la  certitude d'être un as de la finance, il entendait la moindre  contradiction  sur son comportement comme de  la diffamation  à son égard .
Dans quelques mois, l'expertise de la Chambre Régionale des Comptes de Rennes  rendra ses  observations sur la gestion solitaire de M Blanc.
On saura  alors :
  • si c'était bien raisonnable de stopper les travaux de  l'aire de carénage.
  • si c'était intelligent de reconstruire si chèrement le cinéma pour une fréquentation relativement faible.
  • si c'était censé de dépenser  100 000 € pour acheter les  murs d'un commerce sans contrepartie.
  • si c'était légal de modifier une délibération votée par le conseil avant de la transmettre à la  Préfecture pour le contrôle de sa légalité.
Plus de six mois pour réexaminer la gestion de la commune et  contrôler l'aspect juridictionnel des comptes  rendus par le comptable public,cela  nous éclairera à coup sûr  sur  ce que fut cette  gestion chaotique, autoritaire et dédaigneuse envers la  population  Quinocéenne  du précédent maire , le non regretté M Blanc.  
Pour en finir avec  les  mensonges relevés sur le blog "le livre Blanc Quinocéen ", je  me  plais d'en rapporter au moins deux  de ces gros mensonges.
Le  27 mars 2014, M Blanc indiquait sur son blog qu'en tant que porte  parole ??? de  la liste" Saint Quay  Portrieux d'abord", j'étais condamné, moi, Michel JOUNENT, par le tribunal correctionnel  pour diffamation.*
Depuis le 10 septembre 2014, tout le  monde sait qu'il n'en est rien; M Blanc, en toute connaissance de cause, ne pouvait pas  porter plainte sans aval de son conseil; résultat, sa  plainte fut jugée irrecevable.....et pan sur le bec.
Le 14 octobre 2012, M Blanc, toujours aussi caricatural,  écrivait  que par ma requête en référé déposée devant le TA de Rennes, j'avais  pénalisé gravement le commerçant (la presse du Portrieux) et que ce dernier  avait été  obligé  de vendre son fonds de  commerce.
La vérité, tout le  monde la connaît... L'achat  des  murs du fonds de commerce du Portrieux a été jugé illégal et quant à la vente du fonds de commerce à un tiers,  c'est une des dernières  histoires abracadabrantesques de l'intermittent aux affaires  de Saint Quay Portrieux,  M Blanc.

JOUNENT Michel .

Sur le blog "agir pour l'avenir de SQP" du sieur Bergaud, candidat de M Blanc battu à l'élection complémentaire de septembre 2012 , le nouveau conseiller municipal  Villeneuve écrivait un post où il affirmait que  je feignais d'ignorer la  loi;  il  m'imaginait déjà condamné et devant payer  une amende de 45 000 €.
Ces deux oiseaux de  mauvaise augure  ont eu de  la chance que  le jugement en appel vienne deux années après la parution  de ce post "assassin " et que la dénonciation calomnieuse à leur encontre  ne soit plus possible

Commentaire d e Thépault Michel:
EN REPONSE A MR BRUHAT ; JE NE SUIS PAS D ' ACCORD AVEC VOUS CAR SI VOUS AVIEZ ETE A LA PLACE DE MR JOUNENT C ' EST A DIRE ATTAQUÉ EN JUSTICE VOUS N ' AURIIEZ SANS DOUTE CETTE REACTION DE PARDONNER. NOUS AVONS DE LA CHANCE D AVOIR CE BLOG POUR NOUS EXPRIMER ET D 'AVOIR LES REACTIONS DE MICHEL JOUNENT SOUVENT PERTINENTES .CAR JE SUIS COMME LUI REVOLTÉ PAR LES DEPENSES DES ELUS EN GENERAL EN EXEMPLE LA CASERNE DES POMPIERS QUI AURAI DU ETRE COMMUNAUTAIRE ; LA ZONE ARTISANALE DE KERTUGAL 7 ANNEES ECOULEES AVANT LA PREMIERE INSTALLATION ; C ETAIT VRAIMENT DE L' AMATEURISME CAR IL N Y AVAIT SANS DOUTE PAS EU D' ETUDE DE MARCHÉ DE FAITES AVANT DE DECIDER L IMPLANTATION DE CELLE - CI 
JE CITERAI UN DERNIER EXEMPLE SITUÉ A ST BRIEUC LA CONSTRUCTION D 'UN PARVIS PAYSAGER DECIDEMENT NOS CHERS ELUS N' ONT PLUS LE SENS DES RÉALITÉS DANS LA PÉRIODE AUX CITOYENS DE SE SERRER LA CEINTURE ET DE PAYER DE PLUS EN PLUS EN PLUS D 'IMPOTS ..              

jeudi 6 novembre 2014

"N'oublions jamais "!!! 6/11/2014

"LA GUERRE, 
c'est le massacre de gens 
qui ne se connaissent pas au profit de gens 
qui se connaissent 
et ne se massacrent pas." Paul Valéry.
Depuis quelques jours , la célébration du début de  la  guerre 14/18 se prépare sur la communauté du Sudgoélo.
Les reconstitutions d'une partie des tranchées avec  des photos  "de  poilus" bien proprets forment dans différentes villes de la Communauté de Communes  une  image bien différente du début de ce que l'on appelle  la grande  guerre.
Pendant des  mois, les  soldats avec  leurs  uniformes* de  la guerre de  1870 avant de se dissimuler dans  des tranchées, connurent sous  le commandement  de généraux incompétents le sort mortel  de devenir de  la chair à canon.
La France est sortie victorieuse de ce conflit,  mais à quel prix ???
De cette effroyable boucherie, aucune  leçon ne fut tirée  et de ce qui devait être  " la der des der", au contraire,   rassembla tous  les  ingrédients  pour ouvrir le second conflit mondial.
Sur une  population française de  39.6 millions d'habitants, l'armée perdit  1 400 000 hommes (tués et disparus ) dont 97 000 soldats provenant de 16 pays de  l'empire colonial; la nation connut aussi la  perte de  300 000 civils et comme si cela ne suffisait pas........ il y eut  4 600 000 blessés ( gazés , gueules cassées, amputés, estropiés  et perturbés pour la vie d'avoir subi l'enfer de la guerre).
Les  destructions immobilières dont une  partie du patrimoine  historique  furent , elles aussi, considérables.
Le bilan et les conséquences de cette guerre sont  maintenant connus, les historiens ont fait la  part des choses .
Parlé de ce conflit où aujourd'hui il n'y a  plus de survivant est devenu aisé; les  passions se sont éteintes  et ne donnent que plus de dignité  à l'honneur rendu à toutes ces  malheureuses victimes  sans  oublier  ceux fusillés  pour  l'exemple .
En 1917, après  plus de trois années de guerre, les  poilus  n'en pouvaient plus; entre deux assauts,  ils  chantaient dans  les tranchées pour se redonner du coeur à l'ouvrage , la poignante chanson entre autre, censurée par la  hiérarchie  militaire, "La chanson de Craonne".
Elle  reprenait , en somme , le  propos  définitif de Paul Valéry sur la guerre . 



JOUNENT Michel.
*Les  poilus  ne  portèrent un casque  en acier (le casque Adrien ) qu' à l'été  1915.

mercredi 5 novembre 2014

vu et entendu au conseil municipal (5) 5/11/2014


LE CONSEIL MUNICIPAL 
DU 4 NOVEMBRE 2014,

13 points étaient inscrits à l'ordre du jour, ceux ci ne présentaient pas d'enjeux particuliers, on pouvait s'attendre, comme dans les conseils municipaux précédents à un vote de l'ensemble des délibérations à l'unanimité, mais, surprise, le point 6 concernant «  l'alimentation d'un système vidéo de protection dans le secteur du casino » ( coût 630 euro pour la commune) a été refusé par un conseiller municipal délégué (vote contre) appuyé par une adjointe (abstention), cependant le maire a pu compter sur le soutien des 2 minorités.
Le « compte rendu des délégations du maire » a suscité un grand intérêt chez les élus et le public présent dans la salle:
A l'annonce de 2 emprunts contractés par le maire 
( pour un total de 3 millions d'€uros) , 
j'avais préalablement demandé, qu'un point soit fait sur la dette de la commune et quels étaient les investissements qui nécessitaient un tel emprunt.
Nous avons eu des réponses claires, mais aussi très inquiétantes parce qu'elles montrent que l'endettement de la ville n'a fait que progresser depuis 2001
Le dernier mandat peut servir de référence, en 2008 l'encours total de la dette, tous budgets confondus ( budget ville + Port + Cinéma + assainissement) s'élevait à 6 720 000 €uros; à la fin de cette année il est de: 8 579 485 €uros, soit une progression de + 27% ; le mandat précédent n'a pas été celui que certains présentaient: le désendettement de la ville.
Cette situation aura des conséquences, notamment sur les projets présentés pendant les dernières municipales.
Les emprunts, bien négociés aux taux de 1,19% (variable) et 2,26% (fixe) pour une durée de 15 ans serviront à régler principalement les travaux engagés par l'ancienne municipalité: quartier du casino, plage du châtelet,  signalétique,  rue des 3 frères Salaün,  places Sainte Anne et Saint Roch, divers travaux de voirie etc
Monsieur Thierry Simelière a également informé le conseil municipal sur la réduction attendue des dotations de l' Etat: 
Avec une diminution de 30% environ, répartis sur les 3 prochaines années, (soit – 390 000 €uros) c'est un bouleversement que le conseil municipal et les quinocéens devront prendre en compte, il faudra se mettre « à la diète » et les marges de manoeuvre sont étroites si on ne veut pas faire exploser les impôts ou interrompre les investissements, c'est bien dans les dépenses de fonctionnement qu'il faudra chercher les économies:
 Ne pas remplacer systématiquement les postes vacants ( personnel) , chasser le gaspillage ( éclairage public par exemple), diminuer le montant des subventions aux associations, rogner sur les dépenses d'animations sont autant de pistes, les choix seront douloureux pour certains, mais inévitables.
La mutualisation de certaines dépenses avec la communauté de communes est à envisager évidemment , mais elle restera limitée, car celle ci connaîtra les même restrictions et « perdra » près de 400 000 €uros de dotations .
Les incertitudes budgétaires liées à l'activité du casino doivent nous inciter à la plus grande prudence, qu'adviendra t'il si ces recettes diminuent elles aussi? Qui peut prévoir quels seront leur niveau dans 3 ans ?
Face à une situation difficile, il ne doit pas y avoir, à mon avis, une majorité et 2 minorités au sein du conseil municipal, mais une équipe unie qui définit une stratégie pour la durée du mandat, il appartient au maire de le décider. 
Par ailleurs, nous avons appris qu'une quinocéenne avait saisi le tribunal administratif pour annuler la délibération prise par le conseil municipal accordant la future délégation de service public du casino à l'exploitant actuel.
Le motif serait « un défaut de procédure », motif étonnant car , bien accompagné par un cabinet d'études et conseillé juridiquement, toutes les étapes de la procédure ont été respectées; étonnant aussi de la part d' une « contribuable » dont l'action pourrait remettre en cause le prélèvement maximum de 15 %  ( difficilement obtenu par la municipalité) alors que d'autres propositions étaient très nettement moins favorables....
Alors quelle est sa vraie motivation? Ou plutôt qui se cache derrière cette « quinocéenne » ???
La cour régionale des comptes ( CRC) mène actuellement une investigation sur la gestion de la commune pendant la période 2008-2013; « c'est un dossier épais » a dit le maire, la CRC a été alertée par des élus de l'ancien conseil municipal, par des contribuables mais aussi par les services préfectoraux , le maire actuel a été sollicité mais le maire sortant sera aussi interrogé, le rapport de la cour régionale sera remis en juin 2015.
La librairie du port sera mis en vente prochainement, 4 propositions d'achat ont été transmises à la mairie, une commission de 5 élus sera chargée d'étudier les demandes et de proposer un candidat.
Le Conseil Municipal s'est terminé par la présentation des nouveaux rythmes scolaires avec un premier compte rendu de mi-trimestre, j'ai été impressionné par la qualité du travail effectué, que soient félicitées et remerciées toutes les personnes qui ont participé à la mise en place ce « Temps d' Activités Périscolaires «  ce n'était pas  simple à mettre en place et à coordonner ces activités avec le temps scolaire.

BREZELLEC Georges , conseiller municipal.

Commentaire d'Alain Proviste:
"chasser le gaspillage ( éclairage public par exemple), (texte de Mr Brezellec)"
Déjà, commencer par vérifier l'éclairage du terrain de foot qui est systématiquement allumé les jours d'entrainement alors que le soleil n'est pas encore couché pendant les heures d'été.
Ce n'est plus une équipe de St Quay , mais une équipe de la CDC . 
Ce n'est plus à  St Quay de payer .
Commentaire de THEPAULT Michèle:
Tout a fait d'accord avec vous, mais il n'y a pas que l'éclairage qu il faut vérifier sur le terrain de foot, IL FAUT ANNULER le projet de, PISTE SYNTHETIQUEE sur ce terrain, il y en a deja 1 a BINIC, et puis les joueurs peuvent bien jouer sur une plelouse normale sans besoin d'arrosage, ce qui fera encore des economies a la commune ,
d'autre part il me semble que le maire et les adjoints ont un SALAIRE qui a été il me semble AUGMENTE a la derniere élection, s'ils baissé de moitié celui ci cela ferait une goutte d'eau mais sur le mandat, il y a aussi le SALAIRE du chargé de communications qui devrait subir le même sort
Avant de penser a augmenter les IMPOTS des habitants de ST QUAY , il faudrait le gaspillage aussi sur le fleurissement de la commune, pourquoi avoir il n'y a pas si longtemps enlevé les fleurs en suspensions et refait les parterres, que deviennent ces fleurs?? ce n'est pas par ce que l'on est a la TOUSSAINT qu'il faut systématiquement toiut changer, 
et il y a d'autres economies a faire sans AUGMENTER LES IMPOTS. 

Commentaire de BRUHAT Bernard:
Alors que les taux des banques sont très bas, Monsieur Simelière a raison d'emprunter pour investir.
Il n'y a que ce moyen pour relancer l'économie. Les banquiers eux-mêmes s'étonnent du peu de demande des entreprises en terme de financement alors que le pays est à bout de souffle.
On est en retard sur tout par frilosité. 
De son coté, la ville de Saint-Quay-Px a pris un grand retard par rapport à ses stations balnéaires concurrentes ( reaménagement de la ville, des plages, des infrastructures, etc...).
Un véritable redressement s'est effectué sous la précédente municipalité malgré les dissensions au sein du conseil et les critiques virulentes vis à vis maire.
Il faut donc le poursuivre activement. 
Investir n'empêche pas de faire des économies et de combattre le gaspillage en prenant les bonnes décisions allant dans ce sens : réduction des indemnités des élus, abandon des projets inutiles tels que pelouse synthétique, économies d'énergie, non remplacement des fonctionnaires, etc...
Toutes les idées sont les bienvenues. 
Pour cela, les discussions sur ce qui est utile et sur ce qui ne l'est pas seront suivis de près par les citoyens contribuables ( permanents ou pas ). Les élus doivent bien réfléchir avant de prendre leurs décisions. Ils seront jugés sur leur rigueur, et sur leur capacité à ne plus augmenter les impôts locaux. 
PS : encore merci à Monsieur Brézellec de nous faire un compte rendu aussi rapide des délibérations du conseil. Cela ne remplace pas la vidéo, mais c'est toujours ça ! Félicitations aussi à lui de jouer collectif sur la stratégie.
C'est le secret d'une équipe qui veut gagner ! 
Commentaire  rectificatif de Mme THEPAULT Michèle:
Je tiens a rectifier une erreur que j'ai fait ce matin, cen 'est pas une PISTE SYNTHETIQUE, mais une PELOUSE SYNTHETIQUE pour le stade de foot// je complete aussi cette restification pour une question
Les équipes de foot HORS commune qui viennent jouer réguliérement sur le STADE A ST QUAY PARTICIPENT ELLES aux frais de ce stade ( EAU// ELECTRICITE// ENTRETIEN DE LA PELOUSE)?? 

dimanche 2 novembre 2014

interrogations sur la DSP Casino??? 2/11/2014

PERPLEXITÉ AUTOUR DE  LA DSP**
accordant l'exploitation  du Casino.
Un article du journal "Ouest-France" en date du 31 octobre 2014 amène à réfléchir sur  la délibération N°15/07/2014-01 votée le 15 juillet 2014 par le Conseil Municipal de Saint Quay Portrieux.
Cet article  d' O-F met en exergue l'activité  du Casino de Pléneuf-Val André.
La commune de Pléneuf, à l'est de  la baie de Saint Brieuc, est comparable  à la nôtre.
C'est une station balnéaire familiale avec  une population  légèrement supérieure à la nôtre  (4 000 habitants ), deux ports de  plaisance , un casino accolé à un cinéma-théâtre  et sociologiquement  assez identique.
Le prélèvement communal sur les jeux du Casino  est passé en 7 années de 800 000  €  à une  prévision  pour  2014 de 500 000 € avec les conséquences que l'on imagine  sur l'autonomie budgétaire  de  la ville.
Le  prélèvement de Pléneuf sur les  jeux  a été fixé  lors de  la  négociation pour choisir la  DSP,  à  10 % (dix  pour cent ).
Lors  de  l'arrivée de  la nouvelle municipalité à Saint Quay, le maire  et son équipe se sont donnés  trois  urgences: 
L'établissement du budget  primitif 2014. 
La mise en place des  rythmes scolaires. 
La négociation de la nouvelle DSP pour exploiter le Casino.
La réalisation du budget  primitif 2014 a  mis en évidence  l'importance de  la recette  provenant du prélèvement sur les jeux du Casino.
L'examen du compte administratif 2013 établit le  montant de ce  prélèvement à 1 386 235 €.
Ces taxes sur les jeux du Casino,  comparées  au budget de  la commune  ( 6 091 904 €), représentent grosso modo 23 % des recettes communales. 
M Thierry  Simelière,  à l'issu du vote  conduisant à choisir parmi deux candidats la SNECH pour exploiter le casino pour une durée de 18 ans, a déclaré que  "ce fut une   négociation difficile, c'est le terme".
Il semble en effet que  la  négociation ne fut pas  simple; les  propositions faites préalablement  par les deux candidats ayant répondu à l'appel d'offre étaient bien inférieures aux  15 % finalement obtenus et celles de la SNECH était du même niveau  que celles du casino "Partouche " de Pléneuf -Val André.
Ma  perplexité repose, quelques  mois après la délibération  approuvant le choix de la SNECH* en tant que délégataire  du Casino au taux de  prélèvement de 15% et celle  permettant au délégataire choisi de  déposer  une demande d'autorisation à exploiter  des jeux de  hasard  auprès du Ministère de l'intérieur,  sur  le retrait par le casino  de sa  participation au comité directeur de  l'Office  de tourisme de Saint Quay Portrieux.
Quelles en seront  les conséquences sur  la vie associative, culturelle et sportive quinocéenne ???
La  négociation  jugée difficile par le maire n'est apparemment pas le résultat d'un compromis  jugé réciproquement avantageux par les deux parties. 
Enfin, cette  négociation reconduisant le délégataire sortant avec la clause permettant un  prélèvement sur les  jeux au niveau antérieur de  15% en a surpris  plus d'un surtout parmi ceux qui vivent et comprennent le très difficile contexte économique national et  local.

JOUNENT Michel.

* la SNECH ( Société Nouvelle d'Exploitation de Casinos et d'Hôtels) est le délégataire sortant.
son chiffre d'affaires 2013 est inférieur de  254 900 € sur celui de 2012.
son résultat net 2013 est inférieur de  152 500 € sur  celui de  2012 soit -13.2o % 
** DSP= délégation de service public.
Commentaire de BRUHAT Bernard:
D'après ce que je comprends, la SNECH ne financera plus les activités d'animation de la station balnéaire en contrepartie du taux de 15% .
C'est le résultat de la baisse actuelle de fréquentation constatée dans tous les casinos. 
Il reviendra donc au Conseil Municipal ( et donc aux contribuables) de les prévoir au budget 2015 et suivants en faisant les choix judicieux permettant une animation dynamique et de redonner de l'attractivité à la station en évitant le copier-coller des sempiternels manifestations auxquelles nous avons droit depuis des dizaines d'années . 
Le changement....c'est peut-être maintenant ?!! 

vendredi 31 octobre 2014

Back in Al-jaza'ir 31/10/2014

«JE NE PEUX PAS OUBLIER LA GUERRE. 
JE LE VOUDRAIS.
Je passe des fois deux jours ou trois sans y penser et brusquement, je la revois, je la sens, je l’entends, je la subis encore.
Et j’ai peur. Ce soir est la fin d’un beau jour de juillet. La plaine sous moi est devenue toute rousse.
On va couper les blés.
L’air, le ciel, la terre sont immobiles et calmes. Vingt ans ont passé.
Et depuis vingt ans, malgré la vie, les douleurs et les bonheurs, je ne suis pas lavé de la guerre »
Qui dit cela ? Un de ces appelés, rappelés, ou engagés en Algérie et dont le réalisateur Emmanuel  Audrain a recueilli les témoignages, quelque quarante ans plus tard.
Un de ces hommes, un de ces paysans, au visage aujourdhui buriné par le temps.
Un de ceux convoqués par la Patrie pour maintenir lordre et pacifier dans nos anciens départements de lautre rive de la Méditerranée.
Un de ceux qui ne sont pas fiers davoir vu ce quils ont vu, ou fait, là bas, ou pire pas fait de ce quils estiment aujourdhui quils auraient dû faire.
Non ce nest pas un de ceux-là, cest Jean Giono, et ils ne parlent pas de la guerre dAlgérie mais de celle de 14-18.
Et je peux continuer le parallèle.
« Je suis sûr de navoir tué personne.
Jai fait toutes les attaques sans fusil, ou bien avec un fusil inutilisable. ( Tous les survivants de la guerre savent combien il était facile avec un peu de terre et durine de rendre un Lebel pareil à un bâton).
Je nai pas honte, mais, à bien considérer ce que je faisais, c’était une lâcheté.
Javais lair daccepter. Je navais pas le courage de dire : « Je ne pars pas à lattaque. » Je nai pas eu le courage de déserter.
 Je nai quune seule excuse : cest que j’étais jeune. Je ne suis pas un lâche.
Jai été trompé par ma jeunesse et jai été également trompé par ceux qui savaient que j’étais jeune. Ils étaient très exactement renseigné. Il savaient que javais vingt ans.
C’était inscrit sur leurs registres.
C’étaient des hommes, eux, vieillis, connaissant la vie et les roublardises, et sachant parfaitement bien ce quil faut dire aux jeunes hommes de vingt ans pour leur faire accepter la saignée »
Cest à peu près, ce que jai entendu dans le film dEmmanuel Audrain ou dans la salle après la projection.
le  réalisateur Emmanuel Audrain menant le débat d'après film .
Par contre à voir ce qui se passe aujourdhui en Afrique, au Moyen Orient, et même en Europe mais un peu plus loin à lEst et ce qui sy est passé dans cette Europe dans les dernières années du XX ème siècle en ex-Yougoslavie, je ne peux quacquiescer à cette autre citation, elle est cette fois de Pierre Schoendoerffer, un de ceux qui nous a guidés pour ce mois thématique à lArletty :
« Il y a deux vérités. Et une est horrible !
Je ne comprends pas bien, quelles vérités ?
« La Vérité des hommes vous savez bien ! Celle que nous tétons avec le lait de notre mère Celle que mon père a essayé de minculquer.
Celle de Bouddha, de votre Christ Celle quon devine, quon cherche, quon espère, quon désire La beauté ! Celle des enfants justement lamour. Lamour, cest ça la Vérité ! … »
Vous avez dit quil y en avait deux ?
« Le secret de notre nature. Secret de polichinelle !
Lhomme est un tueur. Voilà lautre vérité. Un tueur, un tueur abject. Cest la vérité. »
Les citations de Giono sont extraites de « Refus dObéissance », celle de Pierre Schoendoerffer de son avant dernier livre : 
« Là-haut, Un roi au dessus des nuages. »

FOREST Jean Michel.

Commentaire de Forest Jean Michel à l'adresse de ceux qu'ils ne veulent plus entendre parler du passé:
Soit , mais marcher vers l'avenir sans avoir appris à analyser le passé c'est comme marcher sur un fil d'équilibriste avec les yeux bandés ...
Et puis l'avenir, à y regarder d'un peu près, ce n'est pas une valeur à laquelle se fier sans réflexion ... Au fond, ne penser qu'à l'avenir, c'est se rendre incapable de lire un livre ...
Un pays d'illettrés et d'incultes, un ravissement pour les pouvoirs qui ne demandent qu'à devenir totalitaires avec l'assentiment des électeurs et électrices.
Comme ils devaient être pleins d'avenir les printemps arabes .... ! 
Et aujourd'hui, que sont-ils devenus ?